Méditel se positionne sur le trafic télécoms international

L’opérateur a ouvert un bureau de représentation dans la capitale française

Il veut capter une bonne part de l’international entrant vers le Maroc qui se monte à 1,7 milliard de minutes.

Medi Telecom vient d’ouvrir une représentation à Paris. Et ce n’est pas pour vendre des packs aux MRE (Marocains résidents à l’étranger), mais bien pour transporter de la voix vers le Maroc. C’est que, comme l’expliquent Inigo Serrano et Moncef Belkhayat, respectivement DG et directeur central en charge du commercial du deuxième opérateur télécoms marocain, le flux reçu au Maroc à partir de l’Europe est de l’ordre de 1,7 milliard de mn/an. La France, à elle seule, représente 40% du trafic international entrant, ce qui la place bien avant l’Espagne qui en accapare tout de même 18 %.

Il y a donc une manne financière à capter et c’est l’opérateur historique du Maroc qui, jusque-là, se taillait la part du lion. L’arrivée de la filiale de Telefonica dans l’Hexagone s’inscrit dans une démarche normale : offrir des capacités de transport de la voix et des données à des particuliers et des entreprises sur un créneau porteur. C’est ce qui explique qu’elle se soit associée à un opérateur français, en l’occurrence Phone System Network, pour assurer des capacités de transport à la carte.

Une guerre annoncée sur le fixe qui n’a pas encore commencé au Maroc
Le transport de voix et de données se fait par technologie IP (Internet protocol). Le choix de ce support montre que l’opérateur est à la pointe dans l’utilisation d’une nouvelle technologie qui n’en est qu’à ses débuts et qui se présente comme le média de l’avenir. D’ailleurs, le deuxième opérateur mobile est en train d’installer à Casablanca ses antennes Wi max, basées sur le transport par ondes radio, pour raccorder ses clients dès que la concurrence sur le fixe entrera dans sa phase d’application effective.

Cette attaque en règle annonce son arrivée fracassante sur le fixe. Pour atouts, il a du savoir-faire, une technologie bon marché et un sens commercial redoutable, même si son offre sur le transport de la voix à partir de l’Hexagone ne change pas vraiment la donne. En effet, alors qu’il propose la minute à 0,30 euro à partir des téléboutiques, des offres également sur la base IP sont déjà disponibles en France et sur le fixe à partir de 0,15 euro. Quoi qu’il en soit, si la représentation de Medi Telecom à Paris est un événement symbolique par la taille, ce dernier est le signal d’une guerre annoncée sur le fixe, une guerre qui n’a pas encore commencé au Maroc.