Méditel écourte sa promotion d’heures gratuites pour cause de réseau saturé

Programmée pour deux mois, la campagne sera arrêtée fin février à  la demande de l’ANRT.
Les clients ont été gênés par un taux de coupure très élevé durant la période de gratuité.

La dernière campagne de promotion de Méditel consistant à offrir 10 heures de gratuité vers un GSM Méditel, entre 22 heures et 8 h, à partir d’une recharge de 30 DH, a fait beaucoup de remous. L’opérateur est en fait victime de son succès. La raison est que le taux de coupures, d’échecs et de non aboutissement des appels a grimpé d’une manière vertigineuse durant la plage horaire de la promotion. Même l’envoi des SMS, pourtant généralement peu affecté par la surcharge d’appels, s’est trouvé considérablement perturbé.
Ce faisant, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a réagi dans le sens de la défense du consommateur en demandant à l’opérateur de revoir sa promotion. Le régulateur a même recommandé et obtenu que l’offre soit limitée à une période d’un mois au lieu des deux autorisés au départ. Ainsi, elle doit expirer à la fin de ce mois de février, alors que Méditel -qui n’a pas souhaité s’exprimer sur la question, malgré nos relances- projetait de la maintenir jusqu’à fin mars. L’opérateur lui-même a revu le montant à partir duquel la gratuité est accordée et l’a porté à 50 DH au lieu de 30 DH au début de l’offre.
Il était normal que l’ANRT s’en mêle et l’on peut même lui faire le reproche d’avoir pris tout son temps pour le faire, vu que l’offre a commencé dès début février et que les perturbations étaient si importantes que personne ne peut prétendre ne pas avoir été au courant.
Le régulateur qui, juridiquement, ne peut se substituer aux moyens de recours habituels de la justice, s’en défend. Il ne peut, disent les responsables de l’ANRT, s’immiscer dans les détails de ces dernières. Soit, mais n’était-il pas prévisible de voir une telle offre paralyser le réseau ? Sur près de huit millions de clients (à 97 % prépayés), offrir dix heures de gratuité à partir de 30 DH relève vraiment de la gageure.
Bien entendu, on ne peut demander à un opérateur de dimensionner son offre par rapport à une demande exceptionnelle. D’ailleurs, le cahier des opérateurs télécoms nationaux (qui est établi selon des normes internationales) prévoit expressément que les taux de coupure ou d’interruption enregistrés durant les jours de fête et les week-ends ne leur sont pas opposables. Cependant, si l’on suppose que deux millions seulement des clients de Méditel, sur une période d’un mois, ont été «séduits» par la promotion, il était plus que normal de considérer que le risque était trop gros.