Matel PC Market absorbe Distrisoft : un géant de la distribution informatique est né

Ce rapprochement donnera naissance à  un leader dont la part de marché (informel compris) atteint 30%.
L’objectif stratégique de l’opération est de parvenir à  une taille critique pour faire le poids au niveau national et international.
Les deux entités ont dégagé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard de DH et un bénéfice de 61,5 MDH en 2008.

Une opération d’envergure est en cours dans le secteur de la distribution informatique. Mardi 10 novembre, les conseils d’administration des grossistes en matériel informatique Matel PC Market et Distrisoft ont validé le projet de fusion des deux sociétés. Un jour auparavant, les deux entreprises cotées à la Bourse de Casablanca avaient vu leurs titres suspendus laissant le marché dans l’expectative. Un communiqué du CDVM (Conseil déontologique des valeurs mobilières de placement) devait annoncer, mercredi 12 novembre, le projet de fusion.
Concrètement, l’opération consistera en une fusion par absorption de Distrisoft par Matel PC Market. A l’heure où nous mettions sous presse, la parité de fusion qui fixera le rapport d’échange d’actions entre les deux sociétés et déterminera au final le montant de l’opération n’avait pas encore été dévoilée. De source bien informée, elle ne sera pas à court terme notamment en raison des tensions que pourrait engendrer cette information sur les cours des deux titres en Bourse.
C’est que l’opération en est encore à ses débuts. «Elle ne devrait être entérinée que d’ici quelques mois», indique-t-on de source autorisée auprès d’une des sociétés.
Et, à écouter ces mêmes sources, cette opération était des plus logiques. «Le métier de la distribution de matériel informatique au niveau international est en train de subir de forts mouvements de concentration. L’effet taille devient donc de plus en plus déterminant pour tous les acteurs du secteur comme en témoignent d’ailleurs les attentes des constructeurs de matériel qui aspirent de plus en plus à avoir comme vis-à-vis des entités d’envergure» , justifie-t-on. Le nouvel ensemble né de la fusion, qui sera d’ailleurs dotée d’une nouvelle dénomination, s’insère dans cette logique de taille. D’une part,  cela le qualifiera pour s’attaquer sérieusement aux marchés internationaux, et, d’autre part, il aura un avantage certain au niveau national.
Selon des estimations préliminaires très raisonnables, la part de l’entité à naître, devrait se monter à 30% du marché (informel compris). Et en ne considérant que les circuits formels, elle devrait pointer à bien plus. A titre indicatif, en 2004, Matel PC Market et Distrisoft concentraient, selon les données fournies dans leurs notes d’information respectives publiées à l’occasion de leur introduction en Bourse, une part de marché agrégée de plus de 50%. Un tel poids n’a pas que des avantages. «L’entité à naître s’arrogera une position quasi monopolistique et le risque est réel de voir le conseil de la concurrence intervenir pour endiguer cette position dominante», prévient un analyste financier.

Des complémentarités entre les deux entités
Les agrégats financiers du nouvel ensemble devraient aussi être portés à une autre dimension. En l’absence de prévisions formelles, une simple sommation des réalisations de chacune des sociétés pour l’année 2008 donne déjà une indication assez nette. L’ensemble Matel PC Market et Distrisoft a dégagé un chiffre d’affaires de près de 1,6 milliard de DH, dont 1 milliard pour Matel PC Market. Le bénéfice des deux entités a avoisiné la même année 61,5 MDH, dont 25,2 MDH pour Distrisoft. La future entité aurait effectivement représenté près de 77% du chiffre d’affaires du secteur technologique coté et 43,1% de ses bénéfices. Et encore, cela exclut les gains en points de marge que génèreront la force de négociation et les économies d’échelle dont elle devrait bénéficier.
L’effet de synergie est effectivement à prendre en considération, surtout que les deux entités semblent parfaitement complémentaires. «Matel PC Market a comme point fort une structure financière saine, et d’importants moyens logistiques, alors que Distrisoft apporte sa flexibilité, visible par la grande rotation de ses capitaux, et son grand dynamisme dans le domaine du marketing», explique un analyste.
Tout cela ne peut que profiter aux détenteurs d’actions en Bourse des deux entreprises. Ceux-ci devraient d’ailleurs se voir offrir l’occasion de céder leurs participations à l’occasion d’une offre publique d’achat d’actions (OPA) ou de les échanger contre des actions de la nouvelle entité, selon les modalités qui seront fixées ultérieurement pour l’opération. Pour l’heure, les commissaires aux apports sont à pied d’œuvre pour déterminer la parité d’échange.