Marrakech : un nouveau schéma directeur et 20 000 ha de plus

Il remplace l’ancien schéma directeur homologué en 1995 et qui n’a finalement jamais vraiment servi.
L’Agence urbaine de la ville ocre mène les consultations et souhaite le finaliser avant 2012.
Le nouveau schéma directeur couvrira une superficie de 52 000 ha et comprendra une charte architecturale de la ville.

Après Casablanca, c’est au tour de Marrakech de se doter d’un nouveau schéma directeur. L’Agence urbaine de la ville ocre prépare à cet effet un dossier pour lancer les consultations avec les différentes autorités locales (wilaya, conseil de ville notamment) dès octobre prochain. «Nous voulons commencer les travaux avant fin 2009, en collaboration avec un grand cabinet international qui sera choisi par appel d’offres international. Une fois le marché attribué, le cabinet disposera de 8 mois pour réaliser le schéma et d’un an pour établir les plans d’aménagement qui en découleront», explique Jalil Cherkaoui, directeur de l’Agence urbaine de Marrakech. Bref, s’il est bien lancé en fin d’année, le schéma directeur de Marrakech devrait être fin prêt pour l’homologation en 2012. «Ce qui devrait permettre à la ville de maîtriser son développement urbanistique tout en gardant son identité architecturale», ajoute M. Cherkaoui. D’ailleurs, le directeur de l’Agence urbaine insiste pour intégrer une charte architecturale pour Marrakech dans le schéma directeur. Une fois homologué, ce dernier devrait remplacer l’ancien schéma directeur homologué en 1995 et qui n’a finalement jamais vraiment servi puisque les plans d’aménagement qui en découlent n’ont jamais été homologués.
Il faut dire que Marrakech est une ville qui a connu une euphorie immobilière et urbanistique sans précédent. Selon le directeur de l’Agence urbaine, ce développement n’a été ni bien contrôlé ni bien maîtrisé à cause de l’absence de documents d’urbanisme de référence. Durant ces dix dernières années, l’urbanisme de la ville ocre a fonctionné à coup de dérogations, accordées par la nécessité du développement touristique de la ville. Or, parallèlement, des zones d’habitation et d’activité commerciale se sont créées, et certaines ont dénaturé le cachet de la ville. «C’est pour cette raison qu’il fallait réagir rapidement en dotant la ville d’une nouvelle vision urbanistique qui préserve son identité architecturale tout en redessinant les limites de la ville», explique M. Cherkaoui. Et d’ajouter que «contrairement à l’actuel schéma directeur dont la superficie couverte ne dépasse guère les 30 000 ha, le nouveau schéma couvrira, lui, une superficie  de 52 000 ha».

Les autorités veulent encourager les classes moyennes et les logements sociaux
Concrètement, le nouveau schéma directeur a pour but de créer l’équilibre entre la zone urbaine et les secteurs limitrophes et de préparer les zones potentiellement urbanisables susceptibles d’accueillir les projets d’investissement. Globalement, le document visera à remédier à la saturation de la zone urbaine, et à éviter un développement spatial tentaculaire. L’objectif consiste également à établir un outil de planification unificateur pour l’ensemble de l’agglomération et à préserver les sites naturels.
«Le nouveau schéma ouvrira à l’évidence de nouvelles zones à l’urbanisation puisque la ville en a besoin», souligne M.Cherkaoui. Selon lui, Marrakech est une ville «accordéon» parce qu’elle compte près d’un million d’habitants en temps normal, mais  elle peut en accueillir un million supplémentaire lors des vacances et des fins de semaine prolongées.  Ainsi, l’ouverture de nouvelles zones à l’urbanisation constitue une aubaine puisqu’elle permettra un agrandissement de la surface habitable tout en permettant un développement contrôlé. Autre avantage, «la création de nouvelles zones urbanisables exerce toujours une pression sur le prix du foncier qui sera appelé à baisser», se réjouit M. Cherkaoui.
En matière d’habitat, les autorités de la ville entendent encourager les classes moyennes et les logements sociaux.  «Marrakech est réputée pour être une ville de luxe. Le schéma directeur devra justement faire en sorte de préserver cette réputation qui draine beaucoup de touristes, sans pour autant oublier les habitants de la ville» , souligne M. Cherkaoui. Last but not least, l’Agence urbaine de la ville ocre profitera du lancement des travaux du nouveau schéma directeur pour s’offrir un siège flambant neuf, «digne d’une Agence urbaine implantée à Marrakech».