Marrakech-Safi : L’économie régionale sera-t-elle sauvée par l’agriculture ?

• Ses 30 produits de terroir identifiés constituent un levier de développement de création d’emplois pour les femmes et les jeunes.
• Près de 380 coopératives dédiées ont été créées avec plus de 7 000 adhérents.

Composante fondamentale de l’économie au niveau de la région Marrakech-Safi, l’agriculture dispose de potentialités énormes en termes de productions agricoles, bien que le secteur continue de souffrir d’une contrainte majeure à même de limiter la pleine «extérioration» de ce potentiel, à savoir l’inclémence pluviométrique.
A la faveur des atouts du secteur de l’agriculture dans cette partie du territoire national figure l’étendue de la superficie agricole utile, laquelle est estimée à 2 millions d’hectares, une superficie irriguée conséquente avec quelque 350000 ha, un climat favorable à une large gamme de cultures et permettant une précocité des fruits et légumes destinés à l’export, outre le professionnalisme avéré des agriculteurs, et une position géographique stratégique située à proximité des grands centres de consommation. En termes de productions végétales, la région contribue à la production nationale à des taux relativement importants, dont en particulier l’olivier (25%), les agrumes (13%), l’abricotier (65%), le noyer (33%), le melon (20%), l’amandier (15%), les céréales (12%) et les raisins de table (10%). La région Marrakech-Safi est réputée, en outre, par l’importance de sa production animale, avec un cheptel de plus de 5,3 millions de têtes d’ovins, bovins et caprins, permettant à la région d’assurer près de 18% de la production laitière nationale et 12% de la production nationale en viandes rouges, en plus d’une filière avicole moderne très développée (25% de la production nationale en viandes blanches et 10% pour les œufs de consommation). Parmi les domaines d’excellence de la région figure, en outre, une diversité de produits de terroir, avec 30 produits identifiés constituant un levier de développement et d’amélioration des conditions des femmes rurales et de création d’emplois pour les jeunes ruraux groupés dans près de 380 coopératives et groupements, avec plus de 7 000 adhérents, souligne la Direction régionale de l’agriculture (DRA).
Ce secteur a bénéficié d’une attention particulière dans le cadre du Plan Maroc Vert, à travers le financement de ces projets par l’Agence pour le développement agricole (ADA) et l’encadrement et l’accompagnement des coopératives par les services déconcentrés du département de l’agriculture au niveau de la région, notant que les efforts déployés dans ce sens ont permis la labellisation des produits que sont l’huile d’olive, huile d’argane, câpres de Safi, Cumin beldi, noix du Haut-Atlas, et les pommes d’Al Haouz, alors que d’autres sont en cours de labellisation. A noter que face à cette problématique, le département de l’agriculture a réalisé, dans le cadre du Plan Maroc Vert, le programme national d’économie d’eau d’irrigation (PNEEI) qui consiste en la reconversion du système d’irrigation gravitaire en système goutte-à-goutte. Les réalisations de la région dans le cadre de ce programme ont atteint 105000 ha de superficies équipées en irrigation localisée à fin 2019.
Par ailleurs, la DRA procède actuellement à la déclinaison régionale de la nouvelle stratégie agricole «Génération Green». Dans ce cadre, une attention particulière sera accordée à la modernisation des mécanismes d’accompagnement des exploitants agricoles à travers la réforme du conseil agricole et le développement de services agricoles digitaux, dont l’intérêt est indéniable et devient même une nécessité et une priorité.