Marrakech : le taux d’occupation des hôtels devrait dépasser les 60% en juillet-août

Les hôteliers s’attendent à de bonnes performances grâce aux touristes nationaux et aux MRE. La formule hôtel club en all inclusive connaît un grand succès. La cherté et la rareté des vols directs vers Marrakech freinent les arrivées des étrangers.

Malgré la chaleur torride de Marrakech, les hôtels et surtout les clubs de la ville connaîtront une grande affluence cet été. Certains affichent déjà des taux d’occupation élevés. «Aujourd’hui, les hôtels clubs All Inclusive affichent tous complet. Du coup, les réservations de dernière minute seront chères», déclare Hamid Bentahar, président du CRT de Marrakech. Et pour cause, les professionnels mettent en place des offres d’hébergement à des prix défiant toute concurrence. Hébergement en all inclusive ou en demi-pension avec accès illimité aux activités de loisirs, spa, kid’s clubs et aquapark…, les packages sont alléchants. Les prix débutent à 600 dirhams par personne en formule all inclusive. «Les produits hôteliers de Marrakech ont beaucoup évolué pour offrir plus de fraîcheur à la clientèle, allant de l’aquapark aux concepts de pool lounge, de piscines palaces ou d’hôtels plus abordables avec jardins. En tout cas, l’offre répond à tous les budgets. Les hôteliers ont démontré leur capacité à innover et à se remettre en question en écoutant le client et en faisant évoluer le produit», analyse M. Bentahar.

Cette saison, les hôteliers s’attendent à un afflux de la clientèle familiale marocaine et MRE. Le touriste étranger se fera plus rare. «Le plus important frein à l’arrivée massive des clients étrangers demeure le prix des vols directs vers Marrakech. L’aérien plombe notre développement. Figurez-vous que le prix d’un vol direct vers Marrakech à partir d’une capitale européenne est souvent équivalent au double de ce que paie le touriste en une semaine dans un hôtel club», s’alarme Abdellatif Kabbaj, président du CNT et du groupe Kenzi. En plus des prix élevés, plusieurs vols vers des villes telles que Paris, Hambourg, Londres, Milan ou Madrid sont surbookés. Chaque été, les professionnels déplorent la saturation de certaines liaisons. En tout cas, Air Arabia inaugure un vol direct Londres-Marrakech dès le

1er novembre prochain à raison de deux vols hebdomadaires. Ce qui permettra de mieux relier la ville ocre au marché anglais.

La clientèle haut de gamme plus rare cet été

«En dehors de l’Europe, les deux fréquences hebdomadaires de Qatar Airways vers Marrakech sont insuffisantes. Si on pouvait obtenir une fréquence quotidienne Doha-Marrakech, on aurait pu booster les taux d’occupation, d’autant plus que la compagnie dessert directement 7 villes chinoises, sans compter la clientèle japonaise et celle du Moyen-Orient», déclare Abdellatif Abouricha, responsable communication et relations presse au CRT de Marrakech. N’empêche, grâce à la liaison entre Paris-Charles de Gaulle et Marrakech, Pékin est reliée à la ville ocre. «Depuis l’inauguration de cette liaison, nous avons remarqué une augmentation des arrivées de touristes chinois à Marrakech», renchérit M. Abouricha.

En somme, les compagnies régulières et low cost maintiennent leurs vols vers Marrakech. Mais les fréquences restent insuffisantes pour remplir la capacité hôtelière de la ville ocre. Par conséquent, les touristes nationaux et les MRE sauveront la saison.

Les professionnels tablent sur un taux d’occupation de 50% en juillet et avoisinant 70% en août.

Autre particularité de cette saison estivale à Marrakech, la clientèle haut de gamme devrait se faire plus rare en août, contrairement aux mois d’avril et mai où elle est plus présente. Les offres all inclusive y sont pour quelque chose.

«En août, il y aura surtout une clientèle munie d’un budget limité situé entre 500 et 600 euros. Mais on compte particulièrement sur la clientèle nationale et marocaine résidente à l’étranger pour relever le taux d’occupation», déclare M. Kabbaj. La saison estivale de Marrakech ne rime plus avec basse saison. «Mais on ne peut pas non plus parler de haute saison. Le mois d’août reste moyen à Marrakech où les prix ne sont pas élevés», résume M. Kabbaj.