Maroc : une coopération économique active sur la scène internationale

Les visites Royales dans plusieurs pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie, d’Amérique et du Moyen-Orient ont été couronnées par la signature de plusieurs conventions et partenariats touchant divers secteurs de l’économie.

es quinze ans de règne de S.M. Mohammed VI ont été particulièrement marqués par des efforts intenses en vue d’asseoir une coopération économique active avec plusieurs pays.
En effet, depuis son accession au Trône, le Souverain a fait de l’intégration régionale et continentale l’un des principes fondateurs de la politique économique extérieure du Maroc, en prônant un partenariat solidaire avec les pays voisins du Maghreb et ceux du continent dans le cadre d’une coopération Sud-Sud pour faire face aux défis de la mondialisation et du développement durable.
Ainsi, le Roi a effectué plusieurs visites officielles placées sous le signe de l’économie dans plusieurs pays de la région, et participé à nombre de sommets tenus dans des capitales maghrébines. Toujours sur le continent africain, le Souverain a fourni la preuve et donné la meilleure illustration de son engagement en faveur de la coopération Sud-Sud à travers plusieurs tournées dans des pays africains.  En effet, trois tournées royales, toutes porteuses en termes d’accords et conventions économiques, ont conduit le Souverain, en 2004, au Bénin, au Cameroun, au Gabon et au Sénégal, puis en 2005, au Gabon, au Sénégal et au Burkina Faso et, enfin en 2006, en Gambie, au Congo, en RDC et au Gabon.Plusieurs de ces pays ont été revisités tout récemment lors de la tournée de S.M. le Roi en avril dernier pendant laquelle une quarantaine de conventions touchant à tous les secteurs de l’économie ont été signées.
Dans ce même esprit, le Souverain a donné un contenu concret à la coopération Sud-Sud, notamment en matière de partenariat et d’entraide entre les pays en développement, et effectué, en novembre-décembre 2004, une tournée officielle en Amérique Latine qui l’a mené au Mexique, au Brésil, au Pérou, au Chili et en Argentine. Cette tournée a été fructueuse puisqu’elle a permis la conclusion de plusieurs accords bilatéraux avec les pays visités dans divers domaines.  Le plus concluant a été l’accord-cadre commercial conclu entre le Maroc et le Mercosur (le Marché commun régional qui regroupe le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay) et portant sur le développement des relations entre le Royaume et ces pays pour créer les conditions et les mécanismes de négociations dans la perspective d’établir une zone de libre-échange conformément aux règlements de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).
Par ailleurs, et étant persuadé de la position de choix qu’occupe l’Union européenne dans les échanges du Royaume, le Souverain a effectué plusieurs visites dans les pays européens les plus proches du Royaume notamment la France, l’Italie et l’Espagne où il a insisté sur un partenariat «novateur, loyal et équilibré, inspiré par la raison et le progrès».  Ces déplacements ont été l’occasion pour conclure des conventions mais également de retracer les contours de l’accord d’association avec l’Union européenne et baliser le terrain pour le Statut avancé dont jouit le Royaume auprès de cette communauté.
Ces efforts en faveur de relations économiques de premier ordre bénéficiant au développement du pays ne se sont pas limités aux partenaires commerciaux classiques du Maroc. A ce titre, outre le renforcement des relations avec les Etats-Unis, notamment grâce à deux visites de travail de S.M. le Roi à Washington en juin 2000 et en mai 2002, la diplomatie économique du Maroc a été également orientée vers les pays du Sud du continent américain avec la tournée historique du Souverain du 24 novembre au 7 décembre 2004 en Amérique latine, une première du genre dans la région, couronnée par la signature de plusieurs accords de coopération entre le Royaume et les cinq pays visités, en l’occurrence le Mexique, le Brésil, le Pérou, le Chili et l’Argentine.
Dans le même esprit, le Souverain n’a pas omis  de consolider les relations du Maroc avec plusieurs pays asiatiques.
Ces dernières ont connu, pour leur part, une nouvelle dynamique sous le règne du Souverain avec notamment la signature en février 2001 de la “Déclaration de Delhi” avec l’Inde confirmant le partenariat stratégique, et de plusieurs accords de coopération avec la Chine en février 2002 dans plusieurs domaines économiques. Aussi, le Maroc s’est dit prêt à œuvrer pour la mise en place d’une coopération maroco-afro-japonaise, dans le cadre d’un véritable partenariat et en application du Plan de la conférence internationale de Tokyo sur le développement en Afrique et ce, lors de la visite officielle du Souverain au Japon qui a eu lieu du 27 au 30 novembre 2005.