Maroc Telecom perd le monopole du marché des ministères

Une circulaire de Driss Jettou ouvre l’administration à la concurrence.

Une nouvelle circulaire du premier ministre (n° 4/2005) datée du 11 mars 2005 change la donne en matière de téléphonie pour l’Administration. Jusque-là , cette dernière réglait ses factures téléphoniques par vignettes, émises par Maroc Telecom, ce qui empêchait l’opérateur concurrent, en l’occurence Medi Telecom, d’investir le marché. Désormais, c’est l’ONEP (Office national de l’eau potable) qui est chargé de leur vente. Cette décision met fin à  celle du cabinet de Karim Lamrani qui avait, en 1992, institué cette procédure pour rationaliser la consommation des départements ministériels en télécommunications, à  peu près de la même manière que ce qui se fait pour le carburant. A l’époque, il était normal qu’Itissalat Al Maghrib, alors Office national des postes et télécommunications, ait la charge de la vente de ces documents en raison du monopole qu’il détenait dans son secteur.

Les ministères pourront rationaliser leur consommation
La circulaire de Driss Jettou prévoit des mesures de transition pour gérer les vignettes en circulation mais ne consacre pas moins le principe de la concurrence dans le domaine. En effet, maintenant que le marché du mobile connaà®t une large démocratisation avec l’arrivée de Méditel et que se profile l’ouverture du fixe, il était normal que le gouvernement adapte sa démarche pour permettre aux opérateurs de se battre sur ce marché à  armes égales.
En attendant la deuxième licence du fixe, la balle est dans le camp de Méditel qui peut soit placer des produits déjà  existants soit en concevoir d’autres et aller à  la conquête du marché des ministères, seul concerné par les vignettes.
D’un autre côté, la porte de l’optimisation des ressources est ouverte. Maintenant, un ministère peut envisager de mieux s’équiper pour contrôler les appels, les restreindre, les bloquer ou en connaà®tre l’évolution. Et là  aussi le terrain a été balisé avec l’instauration des appels d’offres dont la circulaire fait mention pour l’acquisition du matériel adéquat. Ce texte prévoit d’ailleurs la création d’une commission chargée de «veiller à  l’adaptation des besoins de l’Administration au progrès des technologies de communication et de proposer les solutions»… qu’impose leur évolution. Les dispositions s’appliquent aussi bien au fixe ou mobile qu’à  l’internet ou aux échanges de données .