Maroc Taswiq multiplie les circuits de commercialisation des produits du terroir

Trois magasins solidaires sont d’ores et déjà  ouverts et 5 le seront prochainement. Magasins, e-commerce, correspondants étrangers…, tous les moyens sont bons pour vendre les produits marocains. La marque « Amurinou » sera apposée sur tous les produits de Maroc Taswiq.

Quelques mois après l’ouverture de son premier magasin solidaire à Casablanca, Maroc Taswiq (ex-Office de commercialisation et d’exportation) passe à la vitesse supérieure. Plusieurs actions sont à l’ordre du jour pour l’année 2013. Le volet «commercialisation» est particulièrement concerné. De nouveaux modèles de distribution sont en cours de lancement. «Il est important pour nous de diversifier notre offre de commercialisation pour les 1 400 articles, originaires des 16 régions du Royaume, que nous proposons», explique Najib Mikou, DG de Maroc Taswiq.

L’ouverture de nouveaux magasins, après ceux de Casablanca (avril 2012), Mohammédia (décembre 2012) et Larache (janvier 2013), est prévue dans les prochains mois. Un magasin solidaire ouvrira d’ici fin janvier à Fès, Agadir et Tanger suivront dans les 3 prochains mois. «Des pourparlers sont actuellement en cours pour ouvrir à Rabat et Marrakech», précise M. Mikou. Et d’annoncer que «ces nouvelles ouvertures ont une particularité. D’une part, elles se font dans le patrimoine de l’ancien OCE. D’autre part, elles se font désormais dans le cadre de partenariats public/privé».

L’international érigé en nouvelle priorité

Concrètement, deux modèles ont été retenus dans le cadre de ces partenariats. En vertu du premier, les produits solidaires issus des 500 coopératives avec lesquelles collabore Maroc Taswiq peuvent désormais être commercialisés dans des magasins spécialisés. Ceux-ci vendent les produits provenant de Maroc Taswiq, sous leurs propres marques et aux prix qu’ils ont eux-mêmes fixés.

L’office s’est également entendu avec des privés, au travers de conventions, afin que ces derniers utilisent la charte graphique de Maroc Taswiq et vendent aux prix fixés par ce dernier. A terme, soit d’ici 2014-2015, Maroc Taswiq ambitionne de créer une franchise qui s’occupera de gérer l’aspect commercial des produits pendant qu’il se chargera de la valorisation des produits du terroir. «Des négociations sont également en cours avec un opérateur marocain de renom qui va s’installer dans les pays du Golfe», indique M. Mikou.

Lancé courant 2012, le site e-commerce de Maroc Taswiq est quant à lui en cours de rénovation. «Quatre plateformes e-commerce verront le jour entre les mois de janvier et février. Une plateforme sera dédiée au marché local, avec paiement en dirhams. Une autre sera consacrée aux promotions. Enfin, deux autres sites e-commerce destinés au marché international, l’un consacré à l’alimentaire et l’autre aux cosmétiques, seront lancés d’ici fin février», explique notre interlocuteur. Ces 4 sites distincts sont réalisés gracieusement par la Fédération nationale du e-commerce au Maroc (FNEM).

Toujours en ce qui concerne la commercialisation, 20 correspondants commerciaux à l’international ont été recrutés. «Installés au Sénégal, au Canada, au Pakistan, en Arabie Saoudite ou encore aux Emirats Arabes Unis, les correspondants disposent soit d’un magasin soit d’un portefeuille commercial. Ils n’opèrent pas en tant que salariés de Maroc Taswiq, mais perçoivent une commission sur les ventes réalisées. Ils se chargent de trouver les clients tandis que Maroc Taswiq s’occupe d’acheminer les produits directement au client», précise M. Mikou. «On veut être sur tous les continents et les plus grands marchés», s’enthousiasme le DG. Trois correspondants sont d’ores et déjà actifs.

Enfin, Maroc Taswiq ne néglige pas ses propres moyens. Une équipe interne de commerciaux se charge ainsi de l’export suite à la prospection directe.

L’organisme compte passer de 500 à 1 500 coopératives «affiliées»

Si la commercialisation des produits du terroir est l’une des grandes priorités de Maroc Taswiq, leur valorisation n’est pas en reste. C’est ainsi que Maroc Taswiq vient de déposer la marque «Amurinou» (mon pays en amazigh). «Tous les produits vendus via Maroc Taswiq se verront désormais apposer une étiquette supplémentaire spécifique», nous explique M. Mikou. Côté accompagnement technique, un projet pilote de Toile solidaire virtuelle sera lancé cette année. L’idée est d’équiper en PC et écrans géants connectés à Maroc Taswiq au moins une trentaine de coopératives. Celles-ci pourront ainsi bénéficier de formations à distance, de télé-assistance pour leur certification ou encore d’outils de gouvernance tels que logiciels de comptabilité et de calcul de coût de revient. Si le concept fonctionne, le projet, qui nécessite pour sa phase pilote un budget de 1,5 million de DH, sera généralisé à l’ensemble des coopératives «affiliées» à Maroc Taswiq. A noter que d’ici fin 2013, l’organisme espère travailler avec 1 500 coopératives contre 500 actuellement.