Maroc Numeric 2013 : un avant-bilan mitigé

L’axe « Transformation sociale » qui prévoit l’équipement des établissements scolaires publics en équipements informatiques est le plus avancé. Sur un total de 56 projets eGov prévus, 44 sont opérationnels et 12 sont en cours de généralisation.

Le bilan officiel de 5 ans de mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la société de l’information et l’économie numérique, ou Maroc Numeric 2013, n’a toujours pas été établi, mais le ministère de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique assure que les travaux ont été entamés en interne depuis plusieurs semaines. «Ce bilan vise à mettre en évidence aussi bien les réussites que les axes d’amélioration, et à évaluer l’impact de la stratégie sur la création d’emplois, le PIB additionnel direct et indirect, l’usage des TIC et enfin les services de l’administration électronique e-Gov», indique-t-on du côté du ministère de tutelle. En attendant, quelques données non globales sont déjà disponibles. Elles témoignent d’un état d’avancement correct sur certains axes et de retards sur d’autres.

L’axe «Transformation sociale», l’une des 4 priorités qui forment Maroc Numeric 2013, prévoyait par exemple d’équiper 100% des établissements scolaires publics en équipements informatiques. Aujourd’hui, 87% ont un «environnement multimédia de base». Cela représente 2838 établissements équipés en salle multimédia et valise multimédia, et connectés à l’Internet avec filtrage, et 6500 écoles primaires équipées en valises multimédia, c’est-à-dire une mallette spéciale contenant un ordinateur portable et un vidéoprojecteur, destinée à être utilisée par l’enseignant en salle de cours. Pour ces actions, une enveloppe de 635 MDH a été consacrée. En outre, sur les 200 000 enseignants qui devaient bénéficier d’une formation dédiée au numérique, 70% d’entre eux, soit précisément 147 277, l’ont effectivement été. Avec un budget déboursé de 116,5 MDH, ces professeurs ont profité de 4 modules spécifiques élaborés selon les standards de compétences de l’UNESCO, animés par 900 formateurs principaux.

Retard dans la mise en place des centres d’accès communautaires

148 centres de formation Genie, du nom du programme dédié à l’enseignement, ont été créés dans toutes les académies, délégations et centres de formation initiale. Enfin, rappelons que le programme Genie, antérieur à la stratégie Injaz et intégré dans ce dernier, a également connu l’inauguration en 2010 du Centre maroco-coréen de formation en Technologies de l’information et de la communication dans l’éducation (CMCF-TICE), à Rabat.
Enfin, sur les 400 centres d’accès communautaires qui devaient être mis en place pour développer l’utilisation des technologies Internet, 74 sont opérationnels au niveau des Maisons de jeunes et 26 le seront prochainement.
A noter que pour piloter tout cet axe, une large équipe a été mise en place avec notamment 16 coordonnateurs régionaux, 16 conseillers TICE, 82 coordonnateurs provinciaux, 900 formateurs principaux, 6 000 facilitateurs, et petit à petit 1 enseignant référence TICE par établissement.

Au-delà de l’aspect «Transformation sociale», Maroc Numeric 2013 devait également déployer toute une panoplie (89) de services publics orientés usagers. Aujourd’hui, on comptabilise 466 sites Internet, avec 148 issus des départements ministériels, 103 de grands établissements publics et 215 d’établissements publics à caractère régional. Il reste qu’en dépit de ce nombre qui peut paraître important, un grand effort reste à fournir pour l’actualisation des informations mises en ligne. Le nombre de télé-services informationnels, semi-transactionnels et transactionnels s’établit aujourd’hui à 358, avec 35 sites transactionnels et 54 semi-transactionnels. Sur un total de 56 projets eGov que ciblait Maroc Numeric 2013, 44 sont opérationnels à 100% et 12 le sont mais en cours de généralisation. Relevons que le guichet unique portuaire, la demande d’extrait de casier judiciaire, le guichet électronique de commande de documents administratifs, Simpl-TVA et Simpl-IR font partie de cette liste de 12. C’est peut-être l’éventuel successeur de Maroc Numeric 2013, dont on attend toujours le contenu, qui s’occupera de déployer la plateforme d’interopérabilité entre les administrations, ou Gateway gouvernementale, le permis de conduire et cartes grises, l’e-consulat, l’application mobile de suivi des services eGov, la création d’entreprise en ligne ou encore la dématérialisation de la commande publique.

610 MDH engagés pour Imtiaz

Enfin, du côté de l’axe «Productivité des PME», il est à noter que pour l’heure 318 PME ont bénéficié du programme Moussanada TI pour l’accompagnement de 389 projets d’amélioration et de rationalisation des processus de base de gestion de leurs ressources ou de pilotage de leur stratégie de développement. 78 MDH y ont été consacrés, dans la limite de 400 000 DH par projet, sachant que les critères d’éligibilité avaient été assouplis en 2012. Quant au programme Imtiaz, destiné aux PME à fort potentiel de croissance, il a profité à 174 entreprises pour un montant total des primes engagées de 610 MDH. Le Maroc Numeric Fund, doté d’une enveloppe de 100 MDH, compte à l’heure actuelle des participations dans 8 start-ups, dont certaines se sont depuis bien développées sur le marché local : Netpeas, Greendizer, Soukaffaires, Meolink, Majalatouki, Livremoi, Mydeal et Epicerie.ma.