Maroc : Nouveaux projets de développement dans l’apiculture

6 MDH pour un projet dans la province de Safi pour passer de 7 tonnes à  40 tonnes de production de miel.

Plus de deux ans après la signature du contrat programme visant le développement de l’activité apicole au Maroc, plusieurs projets ont déjà vu le jour. C’est le cas du projet lancé lors de la dernière visite royale à Safi, au niveau de dix communes rurales de la province. Il consiste à aider plus de 260 agriculteurs à acquérir 1 500 ruches, construire une unité de production du miel et assurer un encadrement technique. D’un coût global de 6 MDH, ce projet prévoit l’accroissement de la production de miel de la région de 7 à 40 tonnes et l’augmentation du revenu des agriculteurs de 1 900 DH à 6 200 DH. Pour les professionnels, même s’il reste beaucoup à faire, ces projets marquent le démarrage de la modernisation de la filière. Ils estiment que l’agrégation des agriculteurs aboutira à l’organisation et la restructuration du secteur qui continue de souffrir de la production informelle et des importations. En effet, plus de 50% de la production nationale de miel est écoulée dans les circuits traditionnels à des prix compris dans une fourchette de 70 DH à 350 DH. Ce qui montre l’importance de ces circuits traditionnels qui comptent plus de 250 000 ruches et 25 000 apiculteurs. Cette concurrence gêne la filière organisée qui compte 120 000 ruches et 9 000 apiculteurs implantés essentiellement dans les régions de Souss-Massa, Tadla, Tiznit, Ouarzazate et Tafilalet. En effet, dans le circuit de distribution moderne, un kilogramme de miel coûte entre 100 et 450 DH en fonction, bien entendu, de la qualité. Les plus prisés restent, selon les professionnels, le miel d’euphrobes (zgoum) et le miel d’eucalyptus. A noter que le contratprogramme devait se traduire par une augmentation importante de la production à 16 000 tonnes en 2020 (3 500 tonnes actuellement) et le passage du niveau de consommation de 200g à 400g par habitant et par an. L’évolution du chiffre d’affaires sera à l’avenant. Il est attendu 960 MDH au lieu de 210 MDH actuellement.