Maroc Extraction en baisse de régime

Pour la deuxième année consécutive, Maroc Extraction, l’un des rares fabricants marocains d’extraits végétaux destinés aux industries alimentaires et nutraceutiques (suppléments alimentaires sous forme de comprimés, poudres, gels…), essuie un net recul de son activité en 2005. Cette société contrôlée à 89,3% par le groupe français Naturex, coté au nouveau marché de la Bourse de Paris, a dégagé un CA de 26,7 MDH contre 37,3 millions en 2004 et plus de 100 millions en 2003. Le résultat d’exploitation a aussi chuté de 50 % par rapport à l’exercice précédent, à 6,9 MDH.

Une baisse de régime imputable à l’atonie de la demande émanant de la filiale américaine du groupe, Naturex Inc dont le site de Californie a été perturbé par un incendie. En dépit de ces aléas, Maroc Extraction, qui emploie 80 personnes dans son usine située sur la technopole de Nouacer, reste une pièce maîtresse pour Naturex dont les ventes totales ont bondi à l’issue de l’année écoulée de 44% à 50 millions d’euros (près de 550 MDH). Outre le coût salarial (1/8 des coûts français de main-d’œuvre peu qualifiée), la filiale marocaine assure une bonne qualité d’approvisionnement en matière première. A titre d’illustration, le romarin du Maroc présente un pouvoir antioxydant élevé, permettant d’en produire un extrait de qualité à un prix très compétitif.

Rappelons que Naturex compte parmi ses actionnaires, la société de capital-risque Moussahama, qui détient 4,63% de son capital.