Maroc-Chine : un mémorandum d’entente pour renforcer les relations économiques et commerciales

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Conseil chinois pour le Développement du commerce international (CCPIT) ont signé, lundi en mode visioconférence, un mémorandum d’entente (MoU) pour le renforcement des relations économiques et commerciales entre le Maroc et la Chine, notamment dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

En vertu de cet accord, paraphé par le président de la CGEM, Chakib Alj, et la présidente de la CCPIT, Gao Yan, les deux parties ambitionnent d’accompagner les secteurs privés marocain et chinois dans l’identification des opportunités d’affaires et la promotion de l’investissement et du co-investissement.

Ce nouveau partenariat, qui est à l’initiative du Conseil d’affaires Maroc-Chine, a également pour objectif d’encourager l’implantation d’entreprises marocaines en Chine et d’entreprises chinoises au Maroc, en particulier celles des secteurs industriel et du numérique, et d’établir et renforcer les mécanismes d’échanges et de partage d’informations, notamment en matière de tendances économiques et commerciales nationales, de lois et réglementations, de politiques et mesures, de normes industrielles, ainsi que les rapports d’analyse de marché et les projets d’investissement.

S’exprimant à cette occasion, M. Alj a souligné que depuis l’établissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la Chine en 1958, les liens entre les deux pays n’ont cessé de se renforcer, particulièrement ces dernières années à la faveur des multiples visites de haut niveau et de l’augmentation du rythme des échanges commerciaux.

« Maintenant, notre objectif est de renforcer davantage notre coopération. Il faut donc lever les barrières et identifier de nouvelles opportunités pour assurer une meilleure présence des entreprises chinoises dans le Royaume et des entreprises marocaines en Chine », a t-il indiqué, se disant très honoré de la signature de cet accord qui est de nature à « poser de nouvelles bases pour une coopération plus étroite » entre les deux parties.

« Cet accord aidera certainement nos deux secteurs privés à se concentrer sur les domaines de coopération dont nous ne profitons pas et à identifier les opportunités de co-investissement », a affirmé M. Alj, ajoutant que ce MoU vise aussi à positionner le Maroc en tant que force économique régionale engagée dans un partenariat gagnant-gagnant avec la chine en vue d’accélérer la création d’emplois et la croissance inclusive sur le continent africain.

De son côté, Mme Gao Yan s’est félicitée des relations d’excellence entre la Chine et le Maroc, soulignant que depuis la création du Conseil d’affaires sino-marocain en 2003, le CCPIT et la CGEM ont maintenu une coopération étroite.

« Je suis convaincue, qu’à travers la signature de ce MoU, nous allons renforcer davantage notre partenariat au bénéfice de nos deux pays et communautés d’affaires », a t-elle indiqué, relevant que la Chine est « un énorme marché de consommation » avec un grand potentiel de développement, « mais aussi un marché pour le monde, un marché partagé par tous et un marché accessible à tous ».

Elle a, dans ce sens, invité les entreprises marocaines à jouer un rôle dans le processus de développement de la Chine et du partage des opportunités de développement.

(Avec MAP)