Marché financier : un nouveau taux monétaire de référence attendu pour 2020

La réforme est menée par BAM qui se base sur les travaux d’un groupe de réflexion mené par la BERD et des institutions financières. Entre 2006 et 2012, les taux monétaires à l’international ont fait l’objet de manipulation par les banques qui contribuent à leur détermination. Il a été décidé de modifier leur méthodologie de détermination afin de les rendre moins dépendants de l’avis des opérateurs de marchés.

«Bank Al-Maghrib se dirige vers une étape importante pour renforcer la transparence du marché financier et améliorer sa profondeur». C’est dans ces propos que Abderrahim Bouazza, directeur général de Bank Al-Maghrib, a commenté la mise en place d’un nouveau taux monétaire de référence au Maroc. Le nouvel indice monétaire, aujourd’hui en cours d’étude et d’analyse, se veut être le taux le plus juste, le plus collé à la réalité du marché et, de ce fait, le plus transparent pour que les échanges entre les acteurs du marché financier soient efficients et répondent exactement à la logique financière. Ceci est très important pour que les intérêts de chaque opérateur soient protégés dans un cadre de marché efficient et transparent. A ce titre, il faut rappeler qu’entre 2006 et 2012, ces taux ont fait l’objet de manipulation par les banques qui contribuent à leur détermination et il a donc été décidé de modifier leur méthodologie de détermination afin de les rendre moins dépendants de l’avis des opérateurs de marchés et plus ancrés sur des valeurs de transactions effectivement réalisées sur le marché interbancaire.

A ce jour, les équipes de la banque centrale sont en train de paramétrer les variables pour aboutir à «un taux sans risque» qui répond à toutes ces considérations de marché. Ce projet est mené avec l’assistance technique de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD). En 2018, un groupe de travail créé et composé du ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’Administration, de Bank Al-Maghrib, de l’Autorité marocaine des marchés de capitaux, de l’Association des sociétés de gestion et fonds d’investissement marocains et des banques marocaines a été créé pour examiner ce projet et le mener à bien. Il a été décidé que la BERD réalise une étude pour le changement de l’indice monétaire de référence au Maroc. La banque a ainsi réalisé un benchmark pour le compte de la banque centrale dont l’objectif est de lui fournir les meilleures approches au niveau international.
Parmi les principales conclusions du groupe de travail qui vient de se réunir avec les responsables de la banque centrale lors d’un workshop tenu le 27 novembre, le nouvel indice monétaire à retenir doit être le taux des opérations de pensions livrées au jour le jour. «C’est ce taux qui est le plus approprié pour être le taux sans risque sur le marché monétaire marocain», estiment les experts de l’institution européenne.

Il faut dire que l’importance de ce chantier émane du fait que c’est avec ce taux que vont se dénouer la majorité des opérations du marché financier. Pour Abderrahim Bouazza, la mise en place de ce nouvel indice monétaire de référence va développer un ensemble plus large de produits et instruments pour les acteurs du secteur financier. «Cette réforme est en ligne avec les récents changements au niveau des marchés monétaires au plan international», estime-t-il.
Pour Alain Pilloux, vice-président de la BERD, le club de pays qui ont déjà mis au point des benchmarks de taux sans risque est composé de quelques pays. Il compte désormais le Maroc également. C’est une étape très cruciale pour adopter des indices robustes et transparents. «Cela va sans doute aider le développement d’un marché de swap des taux au Maroc», tranche M.Pilloux. À ce jour, toutes les banques centrales travaillent sur l’élaboration de nouveaux indices de référence avec des cadres scientifiques bien délimités. Au Royaume-Uni, le groupe de travail de la Bank of England sur les Risk free rate sur la livre sterling a confirmé que le Sterling overnight index average (Sonia) serait l’indice de référence «successeur» privilégié du Libor pour tous les produits dérivés et les autres contrats financiers en livre sterling.

La publication du nouveau taux Sonia a débuté le 23 avril 2018. Il correspond à un indice fondé sur la moyenne pondérée des taux de toutes les transactions situées au-dessus d’un seuil minimum, non-collatéralisées et effectuées au jour le jour à Londres par les entités contributrices à la Wholesale Markets Brokers’ Association.

Aux États-Unis, le Libor est remplacé par le Secured Overnight Financing Rate (SOFR) qui s’appuie sur le marché des prises en pension à 24 heures du Trésor américain. Ce taux a été publié pour la première fois en avril 2018. La transition s’annonce lente et progressive pour imposer ce taux comme le taux de référence des dérivés.

Force est de relever que les travaux du groupe de travail composé de BAM, des acteurs financiers marocains, de l’autorité de marché des capitaux et des experts de la BERD sont partis de l’expérience de la réforme du Libor. Ce dernier étant le taux d’intérêt interbancaire moyen qu’utilisent une sélection de banques pour s’accorder des prêts sur le marché financier londonien. Au 29 novembre, cet indice de référence des marchés financiers européens était à -0,57%.

Les taux interbancaires sont les indices de référence en matière de taux d’intérêt. Ces taux de référence sont devenus une norme internationale et sont utilisés comme base de valorisation de nombreux instruments financiers tels que les dérivés ou les prêts.
Bank Al-Maghrib et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement ont organisé le 27 novembre un workshop sur le thème «Réforme du Libor et mise en place d’un nouvel indice monétaire au Maroc». L’objet du workshop est de présenter les implications du changement des indices de référence sur les marchés internationaux et de partager avec l’ensemble des parties concernées les résultats des travaux effectués pour le choix d’un nouvel indice monétaire de référence au Maroc, et ce dans la perspective de son adoption dès janvier 2020.