Managem résiste à  la crise grà¢ce à  sa stratégie d’investissement

Le démarrage de nouveaux projets a permis d’augmenter sensiblement les productions et compenser l’effet de la baisse des cours. Le groupe capitalise sur ses activités en Afrique où il exploite l’or et le cuivre dans six pays. Il annonce porter un intérêt particulier au respect de l’environnement et aux retombées de ses activités sur les communautés avoisinant les sites.

La stratégie d’investissement offensive de Managem semble porter ses fruits. En pleine crise sur le marché des matières premières, la filiale de la SNI ne s’est pas contentée de rationaliser les coûts, mais s’est engagée dans de nouveaux investissements. «Nous avons pris beaucoup de risques à Managem. Nous avons investi dans de nouveaux sites alors que la conjoncture mondiale ne s’y prêtait pas du tout et alors que nous avions peu de visibilité sur les débouchés et les prix», affirme non sans fierté Ismaïl Akalay, directeur R&D et hydrométallurgie du groupe.

De l’avis du management du groupe, c’est cela qui a permis aujourd’hui de tenir le coup malgré un contexte hostile. Les derniers résultats de la société viennent le prouver. En effet, sur le premier semestre, le groupe minier arrive à tirer tant bien que mal son épingle du jeu avec un chiffre d’affaires consolidé de 2,3 milliards de DH, en hausse de 21% par rapport au premier semestre 2014. En plus du démarrage des nouveaux projets notamment Oumejrane et Bouskour, l’amélioration des performances opérationnelles a permis d’augmenter sensiblement les productions. Les volumes extraits de cobalt ont augmenté de 46%, l’or de 29%, le cuivre de 9% et le zinc de 4%. Cette hausse des productions couplée à l’appréciation du dollar ont permis de compenser l’effet négatif de la baisse des cours. Pour rappel, le premier semestre 2015 a été marqué à l’échelle internationale par une conjoncture économique difficile, qui a fortement impacté les marchés des matières premières : les cours de l’argent, du cuivre et de l’or ont baissé respectivement de 17%, 14% et 7%.
Ce faisant, le résultat net part du groupe s’établit à 140 MDH, en repli de 7% par rapport à fin juin 2014. La rentabilité a été impactée en grande partie par un résultat financier en repli de 88 MDH en raison du bilan des opérations de couverture réalisé sur les opérations de change.

Mais puisqu’on ne change pas une méthode qui gagne, le groupe poursuit, malgré les contingences conjoncturelles, sa stratégie de développement. En effet, en dehors de l’avancement soutenu des études de faisabilité des projets cuprifères et la poursuite des travaux d’exploration au Maroc, Managem continuera à déployer des efforts d’amélioration des performances opérationnelles pour faire face à la baisse des cours. De plus, la filiale de la SNI est très active à l’échelle du continent.

27 MDH investis dans des projets sociaux

En effet, le groupe mène actuellement 3 projets d’or au nord du Soudan. Ces projets font l’objet d’études de faisabilité et de travaux d’exploration. Le groupe compte également deux projets en République Démocratique du Congo. Managem est également en prospection au Burkina Faso, en Guinée et en Ethiopie, des permis sont actuellement en phase d’exploration.
Si le fait de se soucier de sa rentabilité et de son développement est bien, le faire sans nuire à l’environnement et en faire bénéficier la communauté est encore mieux. A ce titre, Managem donne une place de choix à la démarche RSE.
Selon les responsables du groupe, la préservation de l’environnement constitue un axe majeur de la stratégie globale de développement de Managem. Ainsi, 7 sites du groupe sont aujourd’hui certifiés selon la norme ISO 14001, et la démarche se poursuit pour certifier les autres. Aussi, le groupe Managem surveille de près sa consommation d’eau, en maximisant le pourcentage d’eau recyclée pour ses procédés de traitement et en minimisant l’apport d’eau fraîche. Selon le groupe, le ratio m3 (qui mesure le recyclage d’eau) a augmenté de 5% (à 0,66) au titre de l’année dernière. De plus, il met le paquet sur l’efficacité énergétique dans ses sites. Aujourd’hui, 63% de la consommation électrique de Managem provient d’énergie propre.

Sur le même registre, le management insiste sur la contribution de la société au développement économique et social des communautés à proximité de ses sites d’implantation, et souligne les efforts entrepris pour créer et entretenir de véritables partenariats avec ses parties prenantes et à partager les retombées de l’exploitation minière avec les communautés d’accueil. En 2013, le groupe a ainsi investi 27 MDH dans des projets sociaux, dont 2 millions à l’international. Les retombées pour les populations locales vont de la création d’emplois aux investissements en infrastructures, en passant par la formation de la main-d’œuvre locale et l’accès aux services de base. Le groupe s’engage à poursuivre sur cette voie.