Lydec prépare son entrée en Bourse

Des pourparlers sont en cours avec une grande société de Bourse de la place

L’opération est prévue pour le premier semestre 2005.

Lydec continue de recomposer son tour de table. Après l’annonce, presque officielle, de l’entrée dans son capital de la CDG, qui a racheté les parts d’Endesa International (18 %) avec celles d’Aguas de Barcelona (5 %), et de la compagnie d’assurance Al Wataniya qui a acquis, pour 400 MDH, les 18 % d’EDF (Electricité de France), le gestionnaire délégué de l’eau et de l’électricité de Casablanca cogite sur une entrée en Bourse au cours du premier semestre de l’année 2005. Une première pour la place de Casablanca et ce, pour deux raisons au moins. La première réside dans le secteur d’activité de distribution d’eau et d’électricité qui n’a jamais été présent dans la cote officielle. La seconde tient au caractère juridique de Lydec qui est une SA, certes, mais qui en fait gère ce service public par délégation et pour une durée de 30 ans. Interrogée à ce sujet, la direction de la communication de Lydec n’avait toujours ni infirmé ni confirmé à l’heure où nous mettions sous presse.
Mais, selon des sources bien informées, l’opération est bel et bien en préparation. En effet, une étude a été récemment réalisée quant à son opportunité et des pourparlers sont en cours avec une des plus grandes sociétés de Bourse de la place qui devrait piloter l’introduction. Les responsables de ladite société, contactés par La Vie éco, se sont pour le moment contentés d’affirmer qu’ils n’ont pas, à ce jour, de mandat officiel pour ladite opération. A noter que l’idée de s’introduire en Bourse n’est pas nouvelle, la direction générale de Lydec l’ayant envisagée depuis deux ans déjà.

L’aval de l’autorité délégante est requis
Pour les observateurs, l’introduction en Bourse d’une partie du capital de Lydec, en dehors de l’apport d’argent frais, constituerait également un moyen de rééquilibrer les forces en présence, suite à l’arrivée de deux nouveaux actionnaires et pas des moindres, à savoir la CDG et Al Wataniya. A ces niveaux de participation, les deux nouveaux actionnaires siégeront à coup sûr dans le prochain conseil d’administration de Lydec
Toutefois, avant le lancement de l’opération, prévu selon nos sources pour début 2005, les responsables de l’entreprise devront régler un dernier détail d’ordre juridique. Dernier, certes, mais important. En tant que gestionnaire délégué, Lydec devra obtenir l’aval de l’autorité délégante, à savoir le conseil de la ville de Casablanca, c’est-à-dire les élus.
Auparavant, les responsables de l’entreprise devront avoir bouclé des chantiers jugés prioritaires et qui, au final, renforceront la position de l’entreprise vis-à-vis du marché. C’est le cas notamment de l’instauration d’une démarche qualité qui devrait déboucher naturellement sur une certification ISO. D’ail-leurs, selon des sources autorisées à Lydec, l’audit final des organismes certificateurs devait commencer le 24 novembre. Après l’obtention du label, l’étape suivante sera celle de l’entrée en Bourse. Notons que Lydec a déjà testé le marché en lançant un emprunt obligataire, qui avait permis de lever près d’un milliard de DH. Ces fonds devaient servir au paiement partiel du ticket d’entrée, d’environ 2,5 milliards de DH, demandé par le RCAR en contrepartie de la gestion de la caisse de retraite de l’ex-RAD.