Luigi se lance dans la production industrielle de pà¢tes, sauces et fromages

Une capacité à  terme d’une tonne de pà¢tes et de 10 000 litres de lait par jour. Une dizaine de boutiques seront ouvertes aux particuliers dans les principales villes.

«Fais-le toi-même !» C’est ce que Luigi Grieco, gérant de la célèbre enseigne de restauration Luigi, s’est souvent entendu répondre par ses fournisseurs locaux lorsqu’il critiquait la qualité des produits qu’il leur achetait, notamment les pâtes et fromages.

Cette réponse a fini par lui donner une idée, celle de monter sa propre unité de production de pâtes fraîches, de fromages et de sauces pour approvisionner ses restaurants. Et c’est au parc industriel de Bouskoura, sur un terrain de 3 200 m2, qu’il construit sa nouvelle unité, baptisée «Pasta Di Luigi». Un investissement de 20 MDH qui comprend trois lignes de production de pâtes fraîches, de fromage et de sauce.

L’usine, en activité depuis quelques mois, produit quotidiennement 400 kilos de pâtes fraîches et traite 4 300 litres de lait pour les fromages alors que les capacités installées à terme sont respectivement de 1 000 kilos de pâtes et 10 000 litres de lait par jour. L’usine fabrique tous types de pâtes et, pour les fromages, de la mozarella et de la riccota, envisageant de passer ensuite à la production de roquefort. La fabrication de sauces, environ 500 litres par jour, commencera une fois que l’usine aura reçu les bocaux en verre qui devront servir au conditionnement.

Ces derniers seront importés d’Espagne où un contrat a été signé avec l’usine de Saint-Gobain, explique Luigi Grieco. Depuis son démarrage, Pasta Di Luigi a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 MDH. Pour l’année prochaine, l’entreprise table sur un chiffre d’affaires de 60 à 80 MDH.

Un premier point de vente sera bientôt ouvert à Casablanca
Le promoteur est très ambitieux et vise une parfaite maîtrise de sa chaîne de distribution. En plus des restaurants Luigi, la société approvisionnera plus d’une centaine de clients, notamment des restaurants et des hôtels.

Mais Luigi Grieco indique que l’essentiel des ventes est réalisé avec les 13 restaurants Luigi implantés dans plusieurs grandes villes, notamment à Casablanca, Marrakech, Fès, Tanger et Rabat, et qui appartiennent à des franchisés, en dehors de ceux du Maârif et de Sidi Maârouf, directement gérés par lui-même.

Le chiffre d’affaires réalisé mensuellement avec un restaurant Luigi atteint 160 000 DH, alors que pour les autres restaurants clients il s’élève à 30 000 DH. Il est à signaler que les franchisés sont tenus, outre le versement d’un droit d’entrée qui s’élève à 200 000 DH, de s’approvisionner exclusivement chez Pasta Di Luigi. Une exigence pleinement justifiée dans l’objectif, indique Luigi Grieco, de garantir une qualité des plats servis. Les restaurants Luigi servent 400 à 750 repas par jour chacun.

Luigi est en passe de bâtir un groupe intégré dans l’agroalimentaire
Dès le début novembre, Pasta Di Luigi distribuera également ses produits dans ses propres points de vente. L’entreprise développe en effet une chaîne de magasins dont le premier ouvrira rue de Normandie, dans le quartier du Maârif, dans les locaux du premier restaurant Luigi.

Ce magasin commercialisera tous les produits fabriqués par l’unité de Bouskoura ainsi que d’autres produits italiens importés, notamment le café, le riz, les crèmes et la charcuterie. L’entreprise entend ouvrir dix autres magasins dans les douze prochains mois dans différentes villes.

Les ouvertures imminentes sont prévues à Casablanca (deux points de vente) et Marrakech (un magasin). L’ouverture des points de vente nécessitera, hors foncier, un investissement d’un million de DH. Outre son réseau de distribution, Pasta Di Luigi envisage la commercialisation de ses pâtes, fromages et sauces dans les grandes surfaces, notamment Marjane et Acima.

De fil en aiguille, l’histoire de ce Français d’origine italienne est un cas d’école. Parti d’une idée, née d’une envie de manger une pizza «pas trop chère» (pour son portrait cf. www.lavieeco.com), dans un endroit qu’il ne trouvait pas à Casablanca, idée concrétisée par le premier restaurant de la rue de Normandie, Luigi Grieco est en effet en passe de bâtir un groupe intégré dans l’agroalimentaire. Et comme l’appétit vient en mangeant, on ne sait pas où il s’arrêtera.