L’Oréal Maroc réaffirme son engagement pour le social et le développement durable

Innover, produire, consommer et partager la croissance sont les objectifs fixés par le groupe. Entre 2014-2016, la filiale marocaine a pu réduire de 10% l’émission de CO2 et espère atteindre 20% en 2020.

En octobre 2013, Jean-Paul Agon, président directeur général du Groupe L’Oréal, annonçait l’engagement de son entreprise pour un développement durable au service de la croissance. C’est le programme «Sharing Beauty With All» qui confirme ces engagements à l’horizon 2020. Cette initiative implique également les diverses filiales du groupe dans 130 pays.

Au Maroc, «l’engagement Sharing Beauty With All couvre quatre domaines. Le premier point est de produire durablement. Cela signifie que d’ici 2020, nous devons réduire nos émissions de CO2 générées par le transport de produits, les consommations d’eau, les déchets pour atteindre le zéro déchet en décharge. Le second point est d’innover durablement. Autrement dit, on veut que nos produits aient un impact environnemental et sociétal positif, que les formules soient biodégradables, issus de la science du végétal, avec une forte réduction de l’empreinte eau… Consommer durablement est le troisième point, tandis que le quatrième concerne le partage de notre croissance avec notre environnement, que ce soit les salariés, les fournisseurs ou les communautés», explique Phillipe Raffray, directeur général de la filiale locale.

La consommation d’électricité est réduite de 23,4%

La réduction de l’impact environnemental commence dès la formulation des produits jusqu’au recyclage, en passant par le design des packagings, la publicité, le courrier, le réaménagement des espaces de travail et la livraison des produits. Le bilan, présenté fin avril, montre que la filiale marocaine a réduit de 10% l’émission de CO2 entre 2014-2016, et espère atteindre 20% en 2020.

Selon les responsables de L’Oréal Maroc, l’objectif de réduire la consommation d’électricité de 10% est dépassé puisque l’entreprise en est à 23,4%. Des économies ont aussi été réalisées au niveau de l’utilisation du papier et du carton. Les transporteurs partenaires ont aussi été sensibilisés au développement durable.  C’est dans ce cadre que la direction de la distribution a acquis des véhicules électriques disposant d’une autonomie de 250 à 400 km.

Insertion des personnes en situation difficile

Au-delà de la garantie d’un impact positif sur l’environnement, «Sharing Beauty With All» s’inscrit aussi dans une démarche éthique, de sourcing équitable des matières premières et de partage des ressources avec les communautés locales. Ce qui fait dire à Philippe Raffray qu’«on ne peut plus faire du business sans engagement durable. Et pour cela, nous sommes dans une logique de partage de la croissance avec nos fournisseurs, notre environnement et nos employés». On peut citer à cet égard deux actions. Premièrement, les initiatives de Yves Saint-Laurent et de Garnier, deux marques phares du portefeuille de L’Oréal. Ainsi, la Fondation Yves Saint-Laurent soutient les femmes de la safranière d’Ourika, unique et exclusive source d’approvisionnement en safran pour la toute nouvelle gamme de luxe «l’or rouge». Il s’agit, selon L’Oréal Maroc, d’assurer l’autonomie économique des femmes. Pour sa part, Garnier a permis à plusieurs villages menacés d’exode rural de reprendre vie autour de l’huile d’argane extraite selon des normes équitables et dans le respect de la biodiversité. Grâce à cette action de la marque, 300 femmes adhérentes à six coopératives ont pu améliorer leurs conditions de vie.

Enfin, et toujours sur le ton du partage, la filiale marocaine œuvre pour l’insertion sociale des personnes en situation difficile. L’entreprise a ainsi recruté, dans le cadre d’un partenariat avec l’Association nationale des inadaptés scolaires, une jeune trisomique pour la cafétéria. Deux autres personnes seront recrutées courant mai pour la centrale de distribution de L’Oréal Maroc.