L’ONCF s’offre une tour sur l’enceinte de la future gare TGV Rabat-Agdal

D’une hauteur de 70 mètres et comprenant 10 000 m2 de surfaces constructibles, la tour remplacera l’actuel siège de l’office. Le projet prévoit aussi des complexes résidentiels et de bureaux.

La mode des tours de grande hauteur n’en finit pas de gagner les majors de l’économie marocaine. Après Maroc Telecom qui a inauguré son nouveau siège social en 2013 d’une hauteur de 91 mètres, et trois autres acteurs du monde financier, en l’occurrence le groupe Benjelloun, la CIMR et la Bourse de Casablanca qui ont décidé d’ériger à Casa Finance City de vrais gratte-ciel (notamment pour la Tour d’Othman Benjelloun qui flirte avec les 200 m), c’est au tour des établissements publics de succomber à la tentation du gigantisme.

En effet, de sources sûres, l’Office national des chemins de fer (ONCF) compte s’offrir un nouveau siège dans le cadre du réaménagement de la gare Rabat-Agdal pour les besoins d’accueillir le TGV marocain en 2017. Sous forme d’une tour de plus de 70 mètres et plus de 10 000 m² de surfaces construites, le nouveau quartier général de l’ONCF remplacera l’actuel édifice non loin du même endroit et que les Rbatis reconnaissent par la locomotive qui trône devant son entrée principale. Ce dernier devra être rasé au même titre que l’hôtel mitoyen sous enseigne Ibis pour laisser la place aux autres projets immobiliers devant accompagner le chantier de l’agrandissement de la gare Rabat-Agdal.

Les appels d’offres seront lancés bientôt

Il faut dire que l’ONCF a cherché à valoriser au mieux l’assiette foncière impressionnante aujourd’hui occupée par l’actuel siège social, l’enceinte de la gare, l’hôtel Ibis confié en gestion au groupe Accor et plusieurs parkings attenants à la gare. Outre la nouvelle gare, le nouveau siège social et des parkings souterrains, le projet d’envergure prévoit aussi des complexes résidentiels et plusieurs immeubles à usage de bureaux, sans compter les espaces verts.    

Les appels d’offres seront bientôt lancés pour attribuer les lots en question aux promoteurs immobiliers intéressés par l’opération. Quant au montage financier, rien ne filtre pour l’instant mais il est évident que l’ONCF qui a essuyé une perte nette consolidée de 250 MDH en 2014, devra utiliser le fruit de cession des différents lots de terrain aux aménageurs/promoteurs pour financer en partie le coût des travaux d’agrandissement de la gare et de construction de son nouveau siège social qui coûtera, à lui seul, quelques centaines de millions de DH.