Logistique : les détails des premiers contrats d’application sectoriels

Les contrats relatifs à  la formation, à  l’amélioration de la compétitivité logistique des flux matériaux de construction, aux flux de distribution interne et aux flux import-export sont prêts ou en voie de finalisation. Ils seront signés à  partir de ce premier trimestre 2014.

Des textes particulièrement stratégiques sont en train d’être finalisés par l’Agence marocaine pour le développement de la logistique (AMDL) et ses partenaires du secteur privé. Les deux parties multiplient ces derniers jours les réunions en vue de mettre la dernière main à quatre des six contrats d’application sectoriels devant traduire en mesures concrètes une partie des grands axes de la stratégie nationale de la compétitivité logistique. Il s’agit des contrats relatifs à la formation, à l’amélioration de la compétitivité logistique des flux matériaux de construction, aux flux de distribution interne et aux flux import-export. Selon l’AMDL, leur signature est programmée à partir de ce premier trimestre 2013.

En parallèle, l’élaboration des contrats d’application relatifs à la compétitivité des flux agricoles et des flux énergétiques est entamée. L’AMDL en est aux premières réunions de syndication avec les ministères concernés, en l’occurrence l’Energie et les mines et l’Agriculture. Elle devrait ensuite enchaîner avec les rencontres plénières incluant les professionnels. La signature de ces deux derniers contrats devrait vraisemblablement intervenir après les quatre premiers, sans pour autant dépasser le premier semestre 2014. C’est du moins l’espoir des équipes de l’AMDL qui comptent beaucoup sur ces contrats pour l’accélération de la mise en œuvre de la stratégie nationale. «L’objectif est de les finaliser rapidement pour passer à la mise en œuvre des mesures sur le terrain, avec notamment une priorisation des actions qui y sont incluses», explique-t-on auprès de l’AMDL.

Selon cette dernière, les textes proposés aujourd’hui aux professionnels n’ont pu être élaborés qu’après la revue de tous les objectifs de la stratégie. Ayant été élaborée en 2010, cette stratégie devait en effet être réétudiée de manière à définir les objectifs qui méritaient d’être mis à jour et les adapter, en cas de besoin, au nouveau contexte du secteur. C’est ce qui semble avoir été fait pour l’élaboration des projets de contrats d’application dont les détails sont révélés en exclusivité par La Vie éco (voir les détails du contrat d’application des flux de matériaux de construction dans l’édition du 17 janvier 2013).
Il y a lieu de noter que plusieurs actions prévues dans ces contrats pourront être mutualisées. C’est notamment le cas des différentes actions de sensibilisation.