Logements à  140 000 DH : les choses sérieuses démarrent enfin

45 000 logements mis en chantier avant fin 2009 et 130 000 d’ici 2011.
Al Omrane très prudente sur
la commercialisation qui sera contrôlée.
Priorité aux bidonvilles et aux agents en uniforme comme les policiers, les Forces auxiliaires et les pompiers.

Signée en juillet dernier, la cession effective des 3 852 ha de foncier public à Al Omrane a fini par débloquer les programmes mixtes qui comprennent les logements à 140 000 DH, ceux à 200 000 DH et ceux de moyen standing. A fin septembre, 40 000 logements de type «140 000 DH» étaient déjà mis en chantier dont 13 000 à construire par le holding d’aménagement public et 27 000 par les partenaires privés. «Nous comptons arriver à 45 000 logements lancés à la fin de l’année dont 18 000 par Al Omrane, le reste sera construit par les promoteurs privés qui ont été sélectionnés. A ce rythme, nous espérons réaliser 80% de notre objectif de 56 000 appartements pour les années 2008-2009», souligne Najib Lahlou, membre du directoire d’Al Omrane.
Sur les 40 000 logements déjà lancés, Marrakech et Agadir ont été les premières servies avec 9 600 appartements chacune. Elles sont suivies de la ville nouvelle de Tamesna (7 000 logements) et de la région de Tanger-Larache (3 700 logements). Casablanca et Rabat auront également leur part avec respectivement 3 000 et 2 700 logements. Le reste, environ 10 000, est éparpillé sur plusieurs autres localités.

Objectif : 130 000 logements en chantier ou déjà livrés en 2011
Outre les mises en chantier prévues cette année, le holding public d’aménagement se prépare également à publier un appel d’offres international relatif à la construction de près de 4 000 logements à faible valeur immobilière totale (VIT) à Had Soualem au sud de Casablanca. «Si le marché est adjugé avant la fin de l’année, ces 4 000 logements viendront s’ajouter aux 45 000 prévus qui seront lancés en 2009», explique M.Lahlou.
Le bras armé du ministère de l’habitat veut ainsi continuer sur sa lancée pour l’année prochaine en mettant en chantier 30 000 autres logements à 140 000 DH. L’objectif est d’arriver à un cumul de
130 000 logements lancés en 2011 sachant que les dernières livraisons sont  prévues fin 2012. «Cela reste, bien entendu, un objectif qui peut très bien varier selon plusieurs critères comme l’autorisation de construire ou encore le non-respect du calendrier par un partenaire», relativise-t-on auprès d’Al Omrane.
Signalons à cet égard que les promoteurs qui construisent des logements à 140 000 DH dans le cadre des programmes de logements mixtes bénéficient d’un gros avantage qui s’appelle la péréquation. Ce système leur permet de consacrer les deux tiers de leur projet à des logements économiques et de moyen standing. «Nous laissons aux promoteurs la liberté de gérer la péréquation comme ils l’entendent pour qu’ils puissent suivre l’évolution du marché et de la demande», explique M.Lahlou. Toutefois, il est fort probable qu’ils ne démarreront pas leurs projets avant l’approbation du projet de Loi de finances pour 2010 qui prévoit d’augmenter la VIT des logements économiques de 200 000 à 300 000 DH.

La commercialisation se fera à travers les associations et les administrations
Al Omrane annonce par ailleurs que la commercialisation des 130 000 logements à 140 000 DH ne sera pas libre, pour «éviter les erreurs du passé», confie-t-on auprès du holding public. Allusion faite aux logements sociaux dont la vente avait connu des dysfonctionnements : des prix souvent supérieurs aux 200 000 DH réglementaires faisant que ces appartements ont été achetés par la classe moyenne et non par les ménages à qui ils étaient destinés, des versements au «noir» pour garder le prix à l’acte à 200 000 DH afin de garder les avantages…
Cette fois-ci, Al Omrane a tout prévu. «Nous allons veiller à ce que ces logements bénéficient aux populations qui en ont le plus besoin. Il s’agit en premier lieu des bidonvillois et des ménages habitant dans des logements menaçant ruine. Viennent ensuite les professionnels en uniforme tels que les policiers, les Forces auxiliaires et les pompiers. Ces logements ne seront pas vendus à des ménages qui ont un revenu supérieur à 3 000 DH par mois», insiste Najib Lahlou. D’ailleurs, le holding public ne compte pas faire de publicité pour commercialiser les 130 000 unités. «Pour plus de rigueur, nous n’engagerons aucune campagne de communication sur la commercialisation. Elle se fera par l’intermédiaire des inspecteurs de l’habitat qui contacteront directement les wilayas et les communes pour les bidonvillois, et les associations professionnelles et administrations pour le reste des populations ciblées. Ainsi, nous serons sûrs du respect de la destination de ces logements», conclut M.Lahlou.