Logement : l’ONU-Habitat et la BAD s’inspirent de la politique du Maroc

Les deux institutions ont tenu des ateliers de consultation régionaux dans le cadre d’une étude sur les dynamiques du logement en Afrique.

La Banque africaine de développement (BAD) et l’ONU-Habitat scrutent de près la politique du Maroc en matière de logements. Les deux institutions ont tenu des ateliers de consultation régionaux les 12 et 13 février derniers à Casablanca. L’occasion de recueillir les retours d’expérience du Maroc, entre autres pays, quant aux politiques publiques implémentées en matière d’habitat, et ce, dans le but d’alimenter une étude conjointe entre les deux institutions sur les dynamiques du marché du logement en Afrique.

Les débats des ateliers ont porté sur les logements abordables, les coûts de construction, le financement de l’offre et de la demande en logements ou encore le foncier et les infrastructures. Lors de l’évènement, le Maroc a été donné en exemple vu la pertinence et l’efficacité des politiques mises en place, notamment en matière de logements abordables (habitat à 140000 DH). Il faut dire qu’en s’appuyant sur ce dernier dispositif, le Royaume détient aujourd’hui la première place au niveau mondial en termes de réduction des bidonvilles. Plus généralement, les spécialistes identifient cinq facteurs clés qui ont permis au Maroc de mener à bien sa politique en matière d’habitat avec en premier les politiques volontaristes d’envergure nationale.

En second lieu, le Maroc a bâti son succès sur les modalités contractuelles qui impliquent l’ensemble des parties prenantes dans une approche gagnant/gagnant. Ensuite, les troisième et quatrième piliers consistent respectivement en la continuité des mandats politiques et l’intégration du logement économique dans le cadre des activités génératrices d’emplois. Un dernier élément-clé consiste en la solidité du partenariat public-privé. En s’appuyant sur tous ces atouts, le Maroc a pu en l’espace de 15 ans diviser par deux son déficit en logements passé d’un million d’unités en 2001 à 640 000 en 2014, entre autres réalisations.