L’offre Phony victime de son succès

Les appels étant gratuits de fixe à fixe, le trafic téléphonique en soirée a explosé
La saturation du réseau fixe rend l’aboutissement des appels du premier coup difficile
L’ANRT a diligenté une enquête.

Avec les appels illimités proposés de fixe à fixe, le soir, il devient difficile d’avoir son correspondant du premier coup. Nombre de consommateurs se plaignent en effet de la saturation du réseau fixe de Maroc Telecom. Les appels qu’ils effectuent, affirment-ils, n’aboutissent qu’après plusieurs essais et, parfois, avec une nette dégradation de la qualité des communications. On sait que l’opérateur historique a lancé, il y a quelques mois, son offre «Phony» comprenant deux produits distincts pour les appels de fixe à fixe : l’un porte sur des appels illimités soir et week-end, et l’autre sur des appels illimités sans restriction résidentiels.

Les consommateurs qui notent un taux de coupure ou des difficultés à joindre leurs correspondants le soir et les fins de semaine seraient-ils victimes du succès de l’offre «Phony», en particulier le service «soir et week end» ? Ces perturbations sont-elles liées au fait que les clients, sachant qu’ils peuvent appeler autant qu’ils le désirent à l’intérieur de cette formule, sans aucune conséquence sur leur facture, ont produit une telle charge sur les équipements de l’opérateur qu’il devient difficile de faire aboutir tous les appels ou de garantir la qualité stipulée sur le cahier des charges et répondant aux normes en la matière ?

Maroc Télécom n’a pas souhaité faire de commentaire
Contacté par La Vie éco, Maroc Telecom n’a pas souhaité commenter cette situation et encore moins donner le nombre d’abonnés qui ont souscrit à son offre ni la charge de trafic occasionnée par le changement de comportement des consommateurs qui appellent plus souvent et plus longtemps.

Du côté de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), on explique que toutes les offres des opérateurs sont étudiées et validées par ses soins avant d’être lancées sur le marché. Dans le cas de l’offre «Phony» comprenant des appels illimités soir et week-end, Maroc Telecom a communiqué les éléments suivants : l’offre a été conçue sur la base du prix, 144 DH TTC et sur une prévisions d’appels de 100 minutes par client et par mois. Aujourd’hui, le régulateur n’a rien trouvé à redire quant à la recevabilité commerciale (qui répond à la logique d’un coût raisonnable plus une marge bénéficiaire).

En outre, l’Anrt affirme avoir lancé une enquête (en cours) pour déterminer si, sur le plan technique, l’offre ne contrevient pas aux obligations du cahier des charges concernant le taux de coupure et la qualité de communication.

A l’ANRT, on rappelle que la première mouture de l’offre «Phony» qui concerne l’illimité résidentiel sans restriction d’horaire avait été rejetée pour cause d’impossibilité de «réplicabilité» de la part de la concurrence. Cela veut dire, en termes moins diplomatiques, que le service est vendu à un prix sans marge commerciale. Maroc Telecom a donc dû augmenter le prix de son produit de 30 DH, à 276 DH TTC, avant de pouvoir le remettre sur le marché