L’OCP introduit des compléments alimentaires pour bétail

Un budget de 225 MDH consacré au projet. Le groupe vise à  couvrir les besoins du marché national mais également l’export.

Un complément alimentaire pour bétail produit au Maroc est désormais sur le marché. Fabriqué par le groupe OCP, ce produit a été présenté au Salon international de l’élevage de la région Tadla-Azilal, organisé du 18 au 19 septembre courant à Béni Mellal. Un budget de 225 MDH a été investi dans la chaîne de production. 

Très prisé au niveau mondial, cet aliment contient du phosphore et du calcium, deux éléments essentiels pour la croissance du bétail et le renforcement de son invulnérabilité face aux maladies. La carence en phosphore et en calcium a pour conséquences la perte d’appétit, le ralentissement de la croissance corporelle et la vulnérabilité aux maladies. L’objectif du groupe OCP est, d’une part, de couvrir les besoins du marché national à un prix fortement compétitif, et, d’autre part, garantir de nouvelles opportunités à l’export, notamment vers les marchés brésilien, américain et d’Europe du Sud. Jusque-là importé de Tunisie et d’Espagne, ce produit permettra de diversifier l’offre du groupe et de développer de nouvelles opportunités commerciales.

Une chaîne de production écologique

La fabrication est effectuée à Safi dans les deux nouvelles unités de production d’acide sulfurique d’un coût global de 1,65 milliard de DH, dont 225 MDH investis dans les lignes dédiées au complément alimentaire. Les nouvelles unités ont une capacité de 3 410 tonnes par jour chacune et sont intégrées dans le nouveau pôle industriel de Safi lancé en 2013. Elles utilisent un procédé à double absorption et de récupération de la chaleur, ce qui permet de dégager de la vapeur qui est transformée par une nouvelle centrale thermique en énergie propre. En somme, la chaîne de production est «écologique».

Une enveloppe de 630 MDH est investie pour obtenir une puissance installée de 32 MW d’électricité. Le volume d’énergie ainsi produit couvrira l’ensemble des besoins de la plateforme chimique de Safi. Une partie de l’électricité produite servira à alimenter une nouvelle unité de dessalement de l’eau de mer d’une capacité de dessalement de 26 millions de m3 par an et d’un coût de 650 MDH.

Parallèlement, de gros budgets seront réservés à la préservation de l’environnement de la ville. Le groupe tient également à rappeler que le complexe chimique de Safi a arrêté le transport de l’ammoniac via une conduite qui traversait la ville depuis le port jusqu’à ses usines chimiques. Ainsi, toute production d’engrais azotés a été suspendue en attendant de construire une infrastructure de chargement et de déchargement des intrants à proximité immédiate de la plateforme chimique. 

D’autre part, les phosphates sont désormais acheminés par pipeline depuis El Youssoufia directement dans les unités.