L’Observatoire du tourisme dévoile son plan stratégique 2009-2011

Objectif : anticiper les changements liés à  la conjoncture et mieux accompagner le développement du secteur
Un plan à  court terme 2008-2009 a également été élaboré pour faire face à  la crise.

L’Observatoire du tourisme a dévoilé son plan stratégique pour la période 2009-2011. Un plan opérationnel pour 2008-2009 est également mis en place. A travers le plan stratégique, l’objectif est de «repositionner cet organe pour anticiper les changements liés à la conjoncture et de mieux accompagner le développement du secteur touristique » , explique son président, Kamal Bensouda. En d’autres termes, au lieu de se cantonner dans son rôle de collecte et d’analyse de l’information, l’observatoire veut devenir un instrument réactif et d’aide à la prise de décision dans un secteur sensible aux mouvements conjoncturels.

La balle a-t-elle été saisie au bond par le ministre du tourisme, Mohamed Boussaïd ? On pourrait le croire puisque, à l’occasion de l’assemblée générale ordinaire de l’observatoire, le 13 octobre, il a pour sa part annoncé la création d’un commando de choc («task force») pour proposer un plan d’anticipation urgent et réaliste qui sera mis à exécution dès 2009. Cette équipe, composée des présidents de la Fédération nationale du tourisme (FNT), de l’observatoire, des différentes fédérations et des Conseils régionaux du tourisme (CRT) est invitée à «réfléchir aux solutions à prendre pour faire face à la crise économique et financière internationale» (voir questions à Kamal Bensouda en page suivante).

Mise en place d’un site web de veille et d’analyse concurrentielle et d’un système d’information

Le plan stratégique de l’observatoire s’articule autour de trois axes principaux. Le premier porte sur l’informatisation de la collecte et de la diffusion de l’information grâce à la mise en place d’un système de télé-déclaration de la taxe de promotion touristique (TPT) et de la taxe de séjour (TS).

Ce système permettra aussi d’optimiser la collecte des données relatives à la fréquentation des hôtels et donc à la comptabilisation des nuitées pratiquement en temps réel. Les informations aujourd’hui disponibles à un mois devraient, grâce à ce système, l’être à J+2. Cela permettra, entre autres, d’analyser les performances des établissements hôteliers, de contrôler les maisons d’hôtes classées et, surtout, de prendre rapidement des décisions d’ordre commercial.

Le deuxième axe est relatif à la mise en place d’un site web de veille et d’analyse concurrentielle pour avoir un positionnement clair de la destination Maroc, un meilleur contrôle des variations de l’offre et de la demande ainsi que des comparatifs ciblés avec les destinations concurrentes.

Le troisième axe concerne la création, en collaboration avec l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (Ompic), d’une base de données (centrale des bilans) pour recueillir et analyser les informations des entreprises touristiques (hôtels, agences de voyages, restaurateurs, aménageurs, etc.) et apprécier leur poids fiscal et leur apport au secteur. Ces trois instruments devraient s’articuler pour former le système d’information de l’Observatoire du tourisme.

Pour le court terme (2008-2009), l’observatoire va lancer «une enquête d’expression des besoins des professionnels dans 4 à 5 régions touristiques». Ces actions auront lieu entre novembre 2008 et janvier 2009. Par ailleur, dès avril 2009, une enquête auprès des professionnels et des touristes sera lancée à Agadir et Marrakech pour «expliquer la tendance contrastée des arrivées et des nuitées».

Gratuité des prestations en 2009
Il y aura dans la foulée des séminaires et des journées d’études avec les directeurs des CRT. Mais, surtout, l’observatoire, durant toute l’année 2009, offrira toutes ses prestations gratuitement à l’ensemble des professionnels avant de leur demander, en 2010, une cotisation symbolique. Il dispose pour ces travaux d’un budget annuel moyen de 6 MDH, en plus du million de dirhams destiné au fonctionnement.