L’objectif des 105 000 ha de superficie productive est à  portée de main

Entre 2007/2008 et 2013/2014, la superficie plantée a augmenté de 37 000 ha. Les superficies réservées aux petits fruits s’étendent plus rapidement.

Le secteur agrumicole semble être en ligne avec les objectifs  du Plan Maroc Vert. Du moins sur le plan de l’extension des plantations. En 2013-2014, la superficie totale actuelle des agrumes est de 118000 ha dont 92 000 ha de superficie productive. Par rapport à 2007-2008, elle a augmenté de 37 000 ha, soit une superficie moyenne  annuelle additionnelle de 5 285 ha/an. Selon le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, le rythme de plantation a pratiquement doublé à partir de la campagne 2010/11 suite aux nouvelles incitations mises en place à travers la FDA. Cette progression s’est faite au profit des petits fruits dont la superficie productive a augmenté de 31%, soit 15000 ha de plus. Dans le même temps, celle des oranges s’est appréciée de 24%, soit 6 000 ha. Cette famille de produits est dominée par le Maroc Late, et ce, dans tout le bassin méditerranéen eu égard aux conditions pédoclimatiques favorables de la région. Concernant les petits fruits, les superficies de la Clémentine, du Nuless et du Nour ont augmenté respectivement de 78%,146% et 34% entre 2006 et 2013. De même, les plantations de la variété Afourer sont passées de 722 ha à 4621 ha, soit une hausse de 540%.

Cette extension du verger national  s’est accompagnée d’une bonne performance en matière d’équipement en irrigation localisée. En dehors des périmètres irrigués, 63% de la superficie des agrumes et 66% des arbres d’agrumes sont irrigués en 2013.

Entre 2006/07 et 2012/13, la superficie irriguée localisée a augmenté de 53,5% par rapport au recensement 2006, passant de 40 000 ha à 61000 ha. Dans cette même région qui concentre 45% de la production nationale d’agrumes et 70% du volume exporté, l’irrigation localisée s’étend sur 82% de la superficie.

La production a suivi. Elle est estimée à 2,2 millions de tonnes en 2013-2014  pour un objectif de 2,9 millions en 2018. Corrélativement, des exportations ont crû de 49% à près de 570 000 tonnes. On est encore loin de la cible de 1,3 MT.