L’installation d’un système de régulation de la circulation à  Casablanca démarre bientôt

Le déploiement du système se fera de manière progressive. Contrôleurs de feux automatiques, panneaux de signalisation dynamiques, postes de mesures du trafic…, tout un dispositif pour améliorer les conditions de circulation.

Circuler dans le Grand Casablanca ne sera bientôt plus un calvaire. Du moins, pas autant qu’il ne l’est actuellement. La wilaya du Grand Casablanca et la Commune urbaine viennent de lancer un vaste projet de mise en place d’un système de régulation de la circulation et de vidéo-protection dans la métropole. Il s’agit là d’un des engagements pris par les autorités de la ville lors de l’annonce, en février 2014, du Plan d’action prioritaire. Depuis, le projet était resté en stand-by. Aujourd’hui, et après que la maîtrise d’ouvrage déléguée du chantier a été confiée à Casa Transport, il a été enfin activé. Cette société de développement local a déjà lancé l’appel d’offres pour la présélection des prestataires devant assurer l’installation du dispositif. La première tranche de celui-ci devrait, en principe, être livrée l’année prochaine. «Le système permet de faire face à l’évolution des besoins en termes de transport et de mobilité intelligente, ainsi que de sécurité urbaine de la ville de Casablanca», peut-on lire dans une note de présentation du projet, dont La Vie éco détient copie.

En termes de trafic, le système devrait surtout permettre une optimisation des espaces de circulation ce qui, logiquement, devrait se traduire par une meilleure fluidité. Pour y arriver, tout un dispositif de matériels sera installé partout dans la ville. Il s’agit d’abord de 1 000 contrôleurs de carrefours à feux. Ils permettront la gestion des feux en prenant en compte les flux de véhicules et de piétons. Ils devraient ainsi remplacer les traditionnels contrôleurs de feux manuels utilisés par les agents de circulation dans les plus importants carrefours de la ville. Ce matériel devrait être accompagné d’une centaine de panneaux à messages variables permettant d’informer les conducteurs sur la situation du trafic et d’une centaine d’autres panneaux de jalonnement dynamique de parkings permettant d’informer les usagers en temps réel de la disponibilité de places dans les parkings. Pour assurer la remontée d’information nécessaire à l’usage de ces panneaux d’informations, la ville sera équipée de 1 000 postes de mesure du trafic et 100 postes de contrôle des entrées et sorties des parkings. Enfin, pour ce qui est de la vidéo surveillance, 5 000 caméras devront être installées dans des zones stratégiques de la ville.

L’ensemble de ces équipements devrait par ailleurs être relié à des postes de contrôle. En effet, et contrairement à ce qui était attendu, le système ne sera finalement pas géré à partir d’un seul centre de régulation, mais de plusieurs, éparpillés sur tout le territoire de la ville. Le poste central sera certes installé au niveau de la préfecture de police au boulevard Zerktouni et fera office de salle de commandement, mais il sera aussi suppléé par une vingtaine d’autres postes externes.