L’Exécutif, les banques et les promoteurs se concertent pour redynamiser le crédit à  l’habitat

Une réunion de haut rang devrait se tenir le 9 juillet autour de la question. Timide progression des crédits aux acquéreurs, recul des prêts aux promoteurs.

L’Exécutif, les banques et les promoteurs immobiliers prennent à bras le corps la problématique du financement du secteur de l’habitat. Une réunion de haut rang devrait se tenir autour de la question le 9 juillet pour faire le point sur la situation actuelle et dégager des pistes d’action. Il faut dire que les crédits immobiliers tardent à sortir de leur torpeur. Si l’on ne retient que les 4 premiers mois de l’année en cours, ces financements affichent une maigre progression de leur encours de 0,8%, à 238,8 milliards de DH. Même si les crédits à la promotion immobilière affichent une baisse de 3,8% sur la période, les crédits aux acquéreurs, en hausse de 1,9%, retiennent pourtant toute l’attention des professionnels. Ce sont en effet ces financements que les développeurs jugent les plus bridés et espèrent voir reprendre en priorité pour redynamiser la demande. Plusieurs échanges préparatoires ont déjà eu lieu ces derniers jours entre les promoteurs immobiliers, représentés par la Fédération nationale de promotion immobilière (FNPI), le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), la Caisse centrale de garantie (CCG) ainsi que le ministère de l’habitat pour baliser le terrain et recueillir les positions des différentes parties prenantes.

Plusieurs pistes de relance à l’étude

La rencontre qui devrait se tenir dans les prochains jours fait suite à une réunion de crise tenue en mars dernier entre les ministères de l’intérieur, des finances, de l’habitat et de l’urbanisme ainsi que la FNPI pour étudier des mesures de relance du secteur immobilier. A l’issue de cet événement une commission de suivi de haut niveau a été constituée, rassemblant les secrétaires généraux des ministères cités ainsi que la fédération des promoteurs. Les professionnels comme les secrétaires généraux se sont donné le temps de ressortir des propositions de relance chacun de son côté et l’heure est à présent à la mise en commun des réflexions. Hormis la question du financement du secteur immobilier, trois autres axes de relance ont été retenus et pourraient faire l’objet de réunions ultérieures. Il s’agit en premier de trouver les moyens de redéployer les stocks de logements qui se sont constitués ces dernières années chez les opérateurs. En second lieu, l’idée est de creuser sérieusement la piste du locatif pour véritablement favoriser le développement de ce marché au Maroc. Enfin, il s’agit de revoir le dispositif du logement pour la classe moyenne mis en place ces dernières années par le gouvernement pour permettre une véritable adhésion des professionnels à ce mécanisme.