L’Etat mettra en chantier 150 000 logements sociaux en 2005

En 2004, les OST ont mis en chantier 80 000 unités et 42 500 ont été achevées

40 000 logements sont programmés dans les provinces du Sud.

L’élan pris par le secteur du logement social en 2004 se maintiendra en 2005. Selon Mohamed Lahlou, directeur de l’Habitat social au ministère de l’Habitat et de l’urbanisme, les mises en chantiers des OST (organismes sous tutelle : ERAC, ANHI) en 2004 ont été de 80 000 unités, dont 3 600 appartements, 33 000 lots et 43 000 restructurations. Les réalisations portent sur 42 500 unités dont 3 610 appartements, 38 700 lots et 24 700 restructurations.
En 2005, 150 000 unités seront mises en chantier par les OST. Ce chiffre ambitieux est à relativiser car le taux de réalisation des prévisions est en moyenne de 60 %. Au mieux, il sera de 75 % en 2005, commentent avec réalisme des responsables du ministère de l’Habitat, ce qui ramènera le nombre des mises en chantier à 110 000 unités. Cette prévision demeure toutefois en hausse de 37 % par rapport à 2004. Ces chiffres ne comprennent pas le programme prioritaire de 40 000 logements dans les provinces du sud, initié en collaboration avec l’ADPS (l’Agence de développement des provinces du sud). Concernant les conventions signées entre les promoteurs immobiliers et l’Etat, 17 500 logements ont été livrés sur un total de 157 000 programmés. Enfin, pour les programmes de logements sociaux montés par des opérateurs privés hors conventions, les statistiques ne sont pas encore disponibles.

En 2005, les OST viabiliseront les 3 000 ha acquis auprès de Sodea et Sogeta
Pour sa part, le ministère compte à son actif plusieurs dossiers dont la mobilisation des terrains publics, en 2004. Il a ainsi pu mobiliser 3 400 ha dont 1 700 jusqu’alors gérés par Sodea et Sogeta, le reste appartenant aux Domaines.
Les terres Sodea et Sogeta ont été acquises à plus de 700 MDH par les OST. Les deux nouvelles villes, Nour Zaïr à Rabat, et Tamansort, à Marrakech, sont ainsi localisées dans d’anciennes fermes. Les travaux d’aménagement de ces deux villes sont en cours. Elles comprendront chacune plus de 40 000 logements.
Sur les 3 400 ha, 3 000 seront viabilisés en 2005 par les OST. Pour financer ces travaux, il a été décidé l’extension des prérogatives du FSH (Fonds de solidarité habitat) avec création d’une ligne d’avance. Ainsi, le FSH a accordé, en 2004, une avance de 280 MDH aux OST, sur un montant global prévisible d’avances de 650 MDH.
Cette extension des prérogatives du FSH a été rendue possible par l’amélioration de ses recettes suite à l’entrée en en application de l’augmentation de la taxe sur le ciment de 5 à 10 centimes le kilogramme à partir du 1er janvier 2004. A fin 2004, ces recettes totalisaient 1,1 milliard de DH. «Le secteur de l’Habitat dispose de plus de moyens qu’auparavant, mais cela n’est pas suffisant compte tenu de la taille des chantiers», explique M. Lahlou. Il ajoute que «l’action de la résorption des bidonvilles concerne 250 000 ménages habitant les bidonvilles, 500 000 occupant des logements non réglementaires et 100 000 installés dans des maisons menaçant ruine».

Les promoteurs pour la généralisation de la défiscalisation
Les promoteurs immobiliers regroupés dans le nouveau bureau de la FNI (Fédération national de l’immobilier), eux, sont optimistes quant au démarrage de l’année 2005. Cependant, Jaouad Bennani Ziatni, président de la FNI, demande que les avantages qui prévoient une défiscalisation pour les programmes au-delà de 2 500 logements sur 5 ans, soient généralisés à l’ensemble des promoteurs sans considération de seuil de constructions. L’argument développé reprend l’idée que ces avantages biaisent la concurrence et limitent l’entrée dans le segment des logements sociaux de nouveaux acteurs. Cependant, M. Lahlou réfute cet argument car, selon lui, plusieurs promoteurs immobiliers peuvent regrouper leurs intérêts en créant une seule entité juridique qui pourra engager la construction de 2 500 logements sur 5 ans et signer la convention avec l’Etat. Il rappelle qu’un des objectifs de la mesure est l’émergence de grands groupes dans le secteur de l’immobilier.