L’Etat met le paquet pour sauver l’année touristique

Une campagne de communication sera lancée par l’ONMT à  destination des marchés européens. Des opérations de co-marketing avec les TO et les compagnies aériennes sont prévues.

Sauver l’année qui s’achève et démarrer celle qui suit sur un trend positif. Tel est l’objectif des autorités (ministère du tourisme et l’Office national marocain du tourisme) qui ont rendu public, mercredi 14 septembre, un nouveau plan d’action pour le secteur. L’opération commencera par une nouvelle campagne de communication qui sera lancée en octobre. Cette campagne, devant s’achever en décembre, s’articulera autour de plusieurs axes, ce qui devrait permettre de ratisser large, et sauver peut-être la fin de l’année 2011 pour l’instant peu prometteuse en termes de réservations, selon les professionnels.
L’ONMT compte en premier lieu activer des destinations balnéaires comme Agadir et Mogador, mais aussi des destinations culturelles comme Fès et Ouarzazate (qui ont particulièrement souffert ces derniers temps), et lancera une campagne spécifique pour Marrakech qui reste la destination locomotive du pays.
La campagne dont l’objet est aussi d’améliorer l’image du Maroc qui a subi de plein fouet les événements de la région Afrique du Nord/ Moyen-Orient visera en priorité les marchés traditionnels (français, espagnol, allemand et anglais). Elle sera menée principalement à travers les médias et des opérations de relations publiques.

Sensibilisation des hôteliers pour la vente par Internet

En parallèle, un travail de co-marketing ciblant les tour-opérateurs et les distributeurs dans ces marchés est prévu. Ainsi, selon l’ONMT, ce sont aujourd’hui 10 contrats de partenariat avec des opérateurs des marchés émetteurs qui sont en cours de négociation. L’office promet aussi pour les mois à venir des campagnes de communication auprès des TO, accompagnées d’offres très agressives, et le lancement de nouvelles lignes aériennes à destination d’Agadir et de Marrakech. Dès le 29 octobre, un nouveau vol sera mis en place entre la capitale du Souss et Londres qui sera également reliée à Marrakech par deux fréquences hebdomadaires supplémentaires.
Le plan d’action prévoit aussi 4 séminaires organisés avec deux grands TO majeurs (Expedia et Tripadvisor) pour sensibiliser les hôtels des villes de Marrakech, Ourazazate, Essaouira et Agadir à la vente en ligne. Il faut savoir que beaucoup d’établissements d’hébergement classés sont inexistants sur le web, alors que des enquêtes montrent que 90% des touristes s’informent d’abord sur ce média avant de choisir leur lieu d’hébergement, et que 70% d’entre eux finalisent leur réservation sur le site de l’hôtel qu’ils ont choisi pour leur séjour.
Les actions de promotion visant la distribution reprendront aussi une action qui a déjà donné ses preuves, en l’occurrence l’académie des experts dont la troisième édition se déroulera aux mois de septembre, octobre et décembre.
De même, environ 1 220 agents de voyages sont attendus pour des eductours. L’objectif est de fidéliser ces agents et les inciter à vendre la destination Maroc.
Enfin, en parallèle, le ministère du tourisme met en avant par le biais de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) son plan d’action comportant un réajustement de l’offre au niveau des régions dans le cadre de la Vision 2020. Ce plan, explique la SMIT, intègre également différents chantiers dont le plus important est le repositionnement du Plan Azur, l’accélération des réalisations et, surtout, l’amorce d’une diversification des produits en fonction de la demande internationale.
Par ailleurs, le ministère du tourisme semble réellement engagé dans un vaste programme dit «Patrimoine et héritage» qui a démarré au 1er semestre 2011 avec la création d’une société de valorisation des kasbah et la mise en valeur des médinas (programme M’dinti).
Pour 2012, le ministère du tourisme annonce la création de grands musées pour permettre aux visiteurs la découverte du patrimoine culturel et historique du Royaume ainsi que la création de parcs d’animation.
Sur le plan de l’investissement touristique, il est prévu en même temps que la refonte de la charte d’investissement qui sera marquée par l’octroi d’une prime à l’investissement, la mise en place d’une ligne de crédit de 24 milliards de DH. Du reste, après une chute drastique en  2010 par rapport à 2009 (10,5 milliards de DH au lieu de 50 milliards DH), les investissements conventionnés se sont redressés en 2011, atteignant 12,8 milliards  de DH (y compris les conventions en cours de signature), malgré une conjoncture difficile.