Les ventes d’ordinateurs portables explosent : 61% de hausse

253 600 ordinateurs vendus durant les neuf premiers mois, 1,57 milliard DH de chiffre d’affaires.

La rentrée des classes, tous âges confondus, et quelques promotions durant Ramadan auront fait les affaires des professionnels de l’informatique. Après un premier semestre 2010 morose, le marché avait par la suite amorcé une légère reprise. D’après les chiffres fournis par le cabinet d’analyses International Data Corporation (IDC), les ventes d’ordinateurs, tous types confondus, ont progressé de près de 10% à fin septembre 2010 avec un total de 253 269 unités vendues contre 230467 à fin septembre 2009. Toutefois, les ventes d’ordinateurs fixes, ou desktops, continuent d’enregistrer une baisse importante. Ainsi, 116799 postes ont été vendus à fin septembre 2010, contre 141 263 desktops vendus à fin septembre 2009, soit 17,3% de moins. Le marché est donc finalement porté par les ventes d’ordinateurs portables (notebooks), netbooks (mini portables) compris.
Toujours d’après les chiffres d’IDC, 122 618 ordinateurs portables ont trouvé preneurs à fin septembre 2010, contre 75 942 unités à fin septembre 2009.
Les ventes de netbooks ont repris au troisième trimestre 2010, alors qu’à fin juin 2010, elles enregistraient une première baisse de 24% en volume et de 31% en valeur depuis leur mise sur le marché. 13 852 unités ont ainsi été commercialisées à fin septembre 2010, contre 13262 netbooks à fin septembre 2009, soit une légère augmentation de 4,4%. «Le cœur de la demande d’aujourd’hui porte sur les ordinateurs portables alors que les ordinateurs fixes sont cantonnés aux entreprises et administrations», confirme Noureddine Anacleto, DG de Disway, issue de la fusion de Matel PC Market et Distrisoft au courant de l’exercice 2010, qui juge que l’année a été moyenne.
Toujours est-il que le lancement de la deuxième édition du programme Injaz pour favoriser l’équipement des élèves ingénieurs a permis de soutenir la demande. De même que les nouveaux projets gouvernementaux, comme la mise en application du code de la route, ont eu un impact sur les ventes, tant au niveau des postes que des serveurs. 5 331 serveurs ont été vendus à fin septembre 2010 contre 5 164 à la fin du même mois de l’année dernière, soit une légère croissance de 3,2%.

Baisse continue des prix

En valeur, seules les ventes des serveurs et des notebooks sont positives. Pour les premiers, le chiffre d’affaires s’est apprécié de 6,9%, à 183 MDH. En ce qui concerne les seconds, le chiffre d’affaires est passé de 648 à 890 MDH, soit une hausse de 37,3%.
Quant aux mini-portables et ordinateurs fixes, ils ont enregistré des baisses respectives de 6,4% et 21,8%. Malgré une augmentation en termes d’unités vendues, les ventes de mini-portables ont ainsi rapporté 42,6 MDH contre 45,4 MDH à fin septembre 2009. Cela se justifie par la baisse exceptionnelle des prix sur ces produits. Il y a seulement deux ans, un netbook coûtait environ 4 000 DH alors qu’il peut aujourd’hui être proposé à moins de 3000 DH.
Le chiffre d’affaires sur les ordinateurs fixes est, quant à lui, tombé de 816 à 638,2 MDH. Dans sa globalité, le marché de l’informatique totalise un chiffre d’affaires de 1,57 milliard de DH à fin septembre 2010, contre 1,51 milliard de DH pour l’égale période de 2009, soit une augmentation substantielle de 10%. La clientèle grand public représente 22% du marché contre 19%, une année plus tôt. «La situation est complexe ; les commandes de nos grands clients (gouvernement et grandes sociétés) sont restées correctes. Mais sur le marché du grand public, l’année 2010 n’aura été ni mauvaise ni bonne. Nous avons observé un ralentissement au 2e semestre qui devrait toutefois être rattrapé par les tout derniers mois de l’année. Cette clientèle a certainement eu d’autres priorités. En outre, nous constatons que la période de Ramadan creuse de plus en plus nos chiffres. Alors que nous observions jusque-là entre 10 et 15% de chiffre d’affaires de moins pendant Ramadan, nous perdons entre 30 et 40% de chiffre d’affaires lorsque celui-ci a lieu pendant la saison estivale», observe M. Anacleto.
Le circuit de distribution est composé de plusieurs acteurs, mais il reste dominé par Disway qui, selon son DG, a préservé ses parts de marché. Il annonce que 2011 sera certainement l’année de montée en puissance de l’entreprise, notamment avec l’entrée en service de la plateforme logistique de 30 000 m2.