Les ventes d’électricité ont augmenté de 8% en 2005

Tous les secteurs ont contribué à  la progression de la demande.
Le taux d’électrification rurale a atteint 81 % contre 72 % un
an auparavant.

Signe de l’amélioration de l’activité économique hors agriculture (cf. La Vie éco du 17 février), mais aussi du développement du programme d’électrification rurale généralisée (PERG), les ventes d’électricité en 2005, selon le bilan dressé par l’Office national de l’électricité (ONE), ont progressé de 8,2 % à  17 630 GWh. Soulignons que la journée la plus chargée en énergie en 2005 a été enregistrée jeudi 21 juillet 2005, avec une énergie appelée de 62,7 GWh (+ 6,9 %). Quant à  la puissance maximale appelée, elle a atteint 3 520 MW dans la soirée du 20 décembre 2005 (+10,3 %).
La production nationale d’électricité a, quant à  elle, atteint 19 158,1 GWh, contre 16 383,5 GWh en 2004 (+ 17%). Avec les importations d’Espagne (783,9 GWh) et d’Algérie (29,8 GWH) ainsi que l’apport des producteurs indépendants (85,5 GWh), l’énergie électrique injectée a culminé à  20 057,3 GWh. De ce total, il faut bien sûr soustraire les pertes de réseau ainsi que les consommations des centrales elles-mêmes.
Ce qui est intéressant à  noter, c’est que la progression des ventes, reflet de la vigueur de la demande intérieure, a concerné l’ensemble des secteurs. C’est le cas en particulier du secteur résidentiel (ménages), qui marque une progression de 13,5 % par rapport à  2004, grâce au dynamisme du BTP et à  l’accélération du rythme du PERG (5 424 nouveaux villages électrifiés) ; de l’agriculture (+18,6%), en liaison sans doute avec la sécheresse et donc le recours intensif au pompage d’eau ; du tertiaire (+ 10,1%), de l’industrie (+ 7%), et aussi des ventes aux distributeurs (+ 6 %). Il en résulte que le nombre de clients de l’ONE a augmenté de 11,8 % à  2 966 880, dont l’essentiel provient de la hausse des clients ruraux. Avec 243 201 nouveaux foyers ruraux (pour 5 424 villages nouvellement raccordés), le taux d’électrification rurale a atteint 81 % à  fin 2005, contre 72 % un an auparavant.

227 000 nouveaux foyers seront raccordés en 2006
Avec l’augmentation des besoins en énergie électrique, la mise en service de la centrale à  cycle combiné de Tahaddart et de la station de turbinage de Tafourer (STEP), la puissance installée a elle aussi augmenté, passant de 4 621 MW en 2004 à  5 252 MW en 2005.
Les perspectives de croissance pour l’année 2006 laissent présager un maintien de la tendance haussière de l’activité électrique, profitant toujours de la bonne orientation de la demande intérieure, notamment des ménages, avec le raccordement prévu de 227 000 nouveaux foyers au réseau national. L’activité électrique devrait aussi bénéficier d’une consolidation des investissements de l’ONE de près de 600 MDH, en passant de 4,8 milliards en 2005 à  5,4 milliards. Outre le lancement des projets de construction de la deuxième unité à  cycle combiné Al Wahda et le parc éolien d’Essaouira, ces investissements seraient axés sur l’amélioration de la qualité de l’alimentation électrique