Les ventes de voitures se redressent à  fin juin

Dacia, Volkswagen et Fiat dopent les ventes n Le premium n’est pas affecté par la taxe de luxe. Les ventes de l’utilitaire sont en baisse de 12%, notamment à  cause de la contre-performance de Mitsubishi.

Renversement de tendance dans le marché automobile ? Pas vraiment. D’après les chiffres de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), les ventes de véhicules neufs ont augmenté de 0,17% à fin juin par rapport à la même période de l’année dernière, alors qu’elles étaient en baisse tout au long du premier semestre. «Cette reprise était prévisible vu que le marché était dans l’attente du salon Auto expo», explique un directeur commercial. Ce sont les voitures particulières qui ont tiré significativement le marché vers le haut. Avec 57 723 unités vendues, le segment est en hausse de 1,67%, principalement grâce à Dacia. En effet, en écoulant 17 390 voitures (plus de 30% du segment VP), la marque du groupe Renault affiche des ventes en hausse de 18,24%. Volkswagen est également en hausse de 21,2%. Idem pour Fiat qui a pu écouler 600 véhicules de plus qu’au 1er semestre 2013 (+20%). Par contre, Hyundaï, Peugeot et Renault ont vu leurs ventes baisser de 4%, 9% et 38,8%. Malgré l’ampleur de cette baisse, la marque au losange continue d’occuper la 2e place avec 5 440 véhicules commercialisés. Ford campe sur sa troisième place avec 4 715 unités cédées. Suivent Hyundai et Peugeot avec respectivement 4 364 et 4 353. Tandis que Fiat occupe le sixième rang.

Toyota prend le pouvoir sur le segment des utilitaires légers

Le premium semble ne pas être du tout affecté par la taxe de luxe. L’ensemble des opérateurs présents sur ce segment ont réalisé des progressions positives. A leur tête, BMW s’affiche en vedette grâce à 1 011 unités écoulées, marquant une progression de 91,84%. La marque de Smeia est suivie de Mercedes qui affiche 958 immatriculations, soit 13,64% de plus par rapport à juin 2013. Land Rover est tout aussi bien placée avec 892 véhicules vendus et une croissance significative de plus de 35%. Audi est à 770 unités, en évolution d’environ 28%.

Cette éclaircie sur le marché des particuliers a été neutralisée en grande partie par les déconvenues du segment des véhicules utilitaires légers (VUL). Les ventes y ont plongé de 12%, à 6 247 unités. Selon les opérateurs, les réalisations de ce segment restent très dépendantes de la conjoncture économique et de la politique des grands comptes qui achètent généralement par parc. Mitsubishi et Toyota ont particulièrement souffert. Leurs ventes ont plongé de 42% et 4,6%. En revanche, Dacia, toujours à la septième place sur ce segment, a vu ses ventes progresser de 72,37%, notamment grâce au Lodgy. Sa part de marché s’établit maintenant à 8,39% contre 4,2% en 2013. Ford a aussi réussi à faire croître ses ventes de 28,4%. Moins brillante mais tout aussi agressive sur ce segment, Hyundaï a poussé les siennes de 8% et occupe désormais la 3e place avec 11,73% du marché. Elle est talonnée par Ford (10,77%) et Fiat (9,5%). Ce segment des VUL est maintenant dominé par Toyota qui totalise 14,9% des ventes. Mitsibushi est relégué au second rang avec 11,8% des ventes contre plus de 18% un an auparavant.