Les ventes de matériels agricoles se redressent

La hausse est due à  la bonne campagne agricole ainsi qu’à  la simplification de la procédure d’octroi des aides financières. Depuis 2010, la tutelle a mobilisé plus de 2 milliards de DH pour améliorer le taux de mécanisation.

Après un premier trimestre atone, sanctionné par des ventes en baisse de 28%, les professionnels du matériel agricole font état d’une légère reprise grâce notamment à la bonne récolte de cette année. Les chiffres consolidés à fin juin ne sont pas encore disponibles, mais des distributeurs rapportent tout de même une amélioration de leurs ventes. «Nous avons pu écouler une cinquantaine d’engins de plus grâce à une couverture plus large du territoire et surtout une présence plus prononcée aux souks hebdomadaires», confie le directeur commercial d’un grand distributeur de la place. D’autres opérateurs affirment que les agriculteurs, surtout les propriétaires de grandes exploitations, se montrent plus enclins à investir dans le matériel, grâce à la bonne campagne ainsi qu’à la simplification de la procédure d’octroi de l’aide financière pour l’acquisition du matériel agricole. «En règle générale, les dépenses d’investissement des agriculteurs sont corrélées au résultat de la campagne agricole. Toutefois, l’année 2009 qui a connu le lancement du plan Maroc Vert, avec son effet d’entraînement sur la mécanisation du secteur, reste une année exceptionnelle en termes de ventes», précise le directeur commercial.

Ceci étant, les opérateurs sont unanimes à dire que cette légère reprise ne peut redresser durablement le rythme de la mécanisation agricole du fait que la majorité des exploitations sont de petites tailles, orientées principalement vers les céréales, dont les propriétaires ne voient pas l’utilité d’acquérir des moyens propres et font appel à la location pour les besoins ponctuels de leur campagne. De plus, le marché du renouvellement est également atone puisque l’investissement en matériel est souvent de long terme. Ces deux constats font que le taux de mécanisation reste autour de 0,4 cheval/hectare de la surface agricole utile alors que la norme internationale tend vers un cheval par hectare, selon la FAO.

Rappelons que, pour s’approcher de cette norme, la tutelle a mobilisé depuis 2010 plus de 2 milliards de DH via le Fonds de développement agricole (FDA), tout en veillant à améliorer les taux et les plafonds de subventionnement pour plusieurs catégories de matériels.