Les ultrabooks débarquent au Maroc à  plus de 10 000 DH pour l’entrée de gamme

Initié par Intel, l’ultrabook est la nouvelle tendance des ordinateurs portables. Légèreté, rapidité, large autonomie et sécurité sont les quatre caractéristiques de la machine. HP et Samsung ont lancé leur ultrabook au Maroc.

Le MacBook Air d’Apple ne pouvait pas rester sans concurrent. Comme à chaque fois, la marque à la pomme a inspiré une nouvelle tendance. C’est le géant américain des processeurs Intel qui est passé le premier à l’attaque en déposant le nom d’ultrabook. Dévoilé en mai 2011 lors d’une vaste campagne marketing (la plus grande du constructeur depuis dix ans), l’ultrabook est un nouveau modèle d’ordinateurs portables ultrafins qui répond à des exigences de performances et de style fixées par le concepteur. Le but ? Relancer le marché particulièrement rentable de l’ordinateur portable avant l’arrivée de Windows 8. En effet, en supportant les plateformes ARM (concurrente de l’architecture x86 d’Intel), le nouveau système d’exploitation pourrait provoquer le déclin de la mainmise du fabricant sur les parts de marché. Le concept a rapidement été repris par les fabricants d’ordinateurs qui n’ont pas tardé à sortir leur modèle d’ultrabooks. La vague vient d’atteindre le Maroc notamment avec la commercialisation des premiers modèles d’ultrabooks de marque HP et Samsung. Sauf que pour l’instant, leur prix demeure élevé : il dépasse 10 000 DH pour l’entrée de gamme. Selon un cadre d’une filiale locale d’un des distributeurs, «ce prix est justifié par les performances et les impératifs techniques de la machine».
En effet, Intel, en lançant le concept, a également détaillé les caractéristiques spécifiques dont devrait se doter un ordinateur pour faire partie de la gamme Ultrabook.

Une épaisseur maximale de 21 mm

Ces caractéristiques concernent quatre points essentiels.
Le premier est le côté esthétique de l’ordinateur. La machine devra avoir un design fin, soit une épaisseur maximale de 21 mm pour les ordinateurs de 14’’ ou plus et de 18 mm pour les 13,3’’ ou moins. Elle doit être légère et propice à un usage nomade.

Le deuxième point est que la machine doit être performante, avec un démarrage instantané. Ici, Intel met en avant une technologie maison, le fameux RST (Rapid Storage Technology) introduit sur le chipset Z68 mais disponible sur certains autres chipsets (un ensemble de puces introduits dans un circuit préprogrammé permettant de gérer les flux de données entre le processeur, la mémoire et les périphériques) dont certains dédiés aux portables. Mais qui dit grosses performances, dit également grosse consommation, ce qui réduit l’autonomie des stations classiques. Intel n’a pas fait de concessions sur ce troisième point : l’autonomie de l’ultrabook doit être d’au moins cinq heures.

La dernière caractéristique de l’ultrabook concerne la sécurité. Sur ce point précis, les MacBook Air et les PC des constructeurs partenaires d’Intel n’avaient pas de différence. Intel souhaite que certaines de ses technologies de sécurité soient activées sur ses ultrabooks telles qu’Anti-Theft Technology ou Identity Protection Technology. La première permet de «briquer» son ordinateur portable à distance en cas de vol alors que la seconde ajoute une sécurité supplémentaire aux données personnelles lors de l’accès à certains sites