Les travaux de l’autoroute El Jadida-Safi devraient démarrer l’été prochain

Les 141 km seront scindés en quatre marchés pour garantir le respect des délais de réalisation. Le financement n’est pas encore bouclé, mais il sera assuré à  80% par des prêts concessionnels et 20% par fonds propres. 

L’ouverture des plis relative à l’appel d’offres portant sur la réalisation du projet d’autoroute entre les villes d’El Jadida et Safi a eu lieu le mardi 28 février. Sur les 29 entreprises qui avaient présenté des dossiers d’admission pour présenter des offres, 21 avaient été présélectionnées. Parmi ces dernières, 13 seulement ont présenté une offre financière objet de l’ouverture des plis. Ces offres vont être analysées par la commission élargie où siègent les représentants de plusieurs départements ministériels dont celui des Finances. Il s’agit là d’une première étape d’un processus qui devra déboucher sur la sélection finale d’entreprises ou de groupements d’entreprises qui vont remporter les marchés, selon une procédure désormais rodée qui consiste à scinder le marché en plusieurs tronçons pour que la réalisation soit faite dans des délais respectables.
Pour ce projet d’autoroute, dont le coût est estimé à 5,4 milliards de DH, il sera réalisé aussi bien au niveau des études que de celui des travaux en quatre tronçons totalisant 141 km : El Jadida-Jorf Lasfar (20,61 km), Jorf Lasfar-Sidi Smail (39,22 km), Sidi Smail-Oualidia (38,85 km) et Oualidia-Safi (43,47 km). L’appel d’offres devra donc aboutir à quatre contrats censés être validés par la direction de la société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) avant leur signature par les deux parties, sachant que l’offre financière la moins élevée sera retenue et reste déterminante sous réserve du respect du cahier des charges.
Cet axe autoroutier comprend 6 échangeurs et une barrière de péage pleine voie raccordée à la voirie locale. Il démarre autour de la ville d’El Jadida pour un raccordement classique avec l’autoroute Casablanca-El Jadida, inaugurée en 2006, pour aller jusqu’à Jorf Lasfar. Le tracé bifurque ensuite vers l’est pour desservir les localités de Sidi Smail et Sidi Bennour avant de revenir vers la côte et desservir Oualidia. Pour finir, l’autoroute rejoint, suivant une ligne plus directe parallèle à la côte, la ville de Safi. On signale que ces trois derniers tracés traversent des zones peu bâties.

L’objectif est d’avoir un réseau de 1 800 km d’autoroutes et 1 014 km de voies express en 2015

Le financement du projet n’est pas encore totalement ficelé, mais, selon une source proche du dossier, il devra obéir à la même règle que pour les autres autoroutes : un financement à hauteur de 80% par prêts concessionnels et 20% en fonds propres. A ce sujet, La Vie éco a appris que le Fonds arabe de développement économique et social (Fades) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont manifesté leur intérêt pour le projet dont ils sont en train de faire l’évaluation pour décider de leur participation au financement. Si tout va bien, les travaux devraient donc commencer lors de l’été 2012, et il n’ y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas puisque le projet figure en bonne place dans la déclaration du nouveau gouvernement.
Rappelons que ce projet d’autoroute fait partie du Schéma d’armature autoroutier national dans sa deuxième phase qui doit être réalisé conformément au contrat programme 2008-2015 entre ADM et le gouvernement. Ce programme comprend outre l’autoroute El Jadida-Safi, celle de contournement de Rabat qui est en cours de travaux, et celle entre Berrechid et Béni-Mellal, longue de 173 km, qui est également en chantier. Le projet d’autoroute entre Til-Mellil et Berrechid est encore au stade des études.
Après l’ouverture du tronçon Fès-Oujda en 2011, le Maroc compte 1 416 km d’autoroutes, en plus de 631 km de voies express gratuites qui devront s’étaler sur 1 014 km en 2015. A la même date, le réseau autoroutier exploité par ADM sera long de 1 800 km. C’est ce que prévoit le plan 2008-2015.