Les textiliens marocains décrochent 90 MDH de commandes aux USA

Dix entreprises ont participé au Magic Show de Las Vegas.
Innovation de taille : l’offre a porté sur des produits finis
et la capacité de création de modèles.

Dix entreprises marocaines, toutes leaders dans leurs filières, ont participé du 28 au 31 août 2006 au Magic Show à Las Vegas. Il s’agit du plus grand salon mondial de l’habillement qui se tient deux fois par an et qui regroupe 3 350 exposants, 2 200 marques et environ 20 000 lignes de produits. Le Maroc n’en est pas à sa première participation (certaines entreprises ont déjà fait les trois précédentes éditions), certes, mais cette quatrième participation était, et pour plusieurs raisons, importante.

En énumérant les raisons, le directeur général de l’Amith, Mohamed Tazi, retient en premier lieu «le fait que c’est la première sortie des opérateurs marocains sur le marché américain au lendemain de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange liant les deux pays». Deuxièmement, le directeur de l’Amith ne manquera pas de mettre l’accent sur «l’effort colossal de communication entrepris par les organisateurs et participants marocains, notamment l’association, le CMPE, les professionnels et le programme “New business opportunities”». La participation à cette édition du Magic Show n’était pas ouverte, précise-t-on à l’Amith, au tout-venant puisque les dix entreprises ont été sélectionnées selon des critères très pointus comme la capacité de production, la qualité des produits présentés ou encore l’aptitude à exporter sur le marché nord-américain.

Réunies dans un pavillon de 260m2, les entreprises ont exposé leurs collections, et c’est là la troisième particularité de la participation marocaine, de produits finis en jean sportswear, chaîne et trame et bonneterie. Il est clair que les exposants marocains ont changé leur fusil d’épaule dans la mesure où ils ne sont pas venus pour proposer du travail à façon mais plutôt de la créativité. Une créativité qui n’est pas passée inaperçue puisque le pavillon marocain a reçu quotidiennement 150 visiteurs. Soit, durant les quatre jours du salon, 600 opérateurs américains qui disent, selon un participant, «avoir découvert le Maroc et être étonnés par la qualité de l’offre marocaine».

La participation au Magic Show a coûté 2,5 MDH
Et c’est pour promouvoir cette offre que les organisateurs ont mis le paquet sur la communication. Pour l’anecdote, l’affiche publicitaire du pavillon marocain était plus grande que celle du sponsor officiel du salon. Insertions publicitaires dans tous les supports du salon, affichage et même un séminaire sur les potentialités du secteur textile marocain. «Le message véhiculé par cette communication d’envergure est simple : nous ne jouons pas uniquement la carte du prix mais aussi celle de la créativité et du service. Aujourd’hui, le Maroc a amélioré ses délais puisqu’il peut livrer, en passant par un port européen, en 10 jours. Un délai qui peut être ramené, grâce à Tanger-Med, à 6 ou 7 jours».

L’objectif de cette communication agressive : amener les opérateurs américains à découvrir le textile marocain. «Pour cela nous avons mis tous les moyens nécessaires. La participation à ce salon, hors contribution des entreprises, a coûté 2,5 MDH». Outre la communication, il y a également l’appui et l’aide du programme «New business opportunities» (NBO) qui avait pour rôle, d’une part, d’encadrer les exposants marocains pour une présentation efficace de leurs offres, et, d’autre part, de drainer les opérateurs américains.

Les exportations devraient bientôt retrouver leur niveau de 2001
Globalement, et au-delà de la qualité des visiteurs américains, les exposants marocains reconnaissent «avoir eu des contacts intéressants qui seront porteurs mais bien sûr il faudra les travailler et en assurer un suivi régulier». Les opérateurs marocains resteront discrets sur le montant des transactions conclues. Mais l’on saura par ailleurs, selon une première évaluation du salon, que les commandes passées s’élèvent à 10 millions de dollars. Soit environ 90 millions de dirhams.

Il est certain, selon les participants, que le Maroc pourra retrouver le niveau atteint par les exportations marocaines sur le marché américain en 2001, soit 1 milliard de DH. «Sur les deux ou trois prochaines années, nous pourrons doubler ou tripler ce chiffre», estime un opérateur. Et c’est pour atteindre cet objectif que l’Amith a mis en place une stratégie pour attaquer le marché américain. Le NBO encadrera et appuiera, sur les prochaines années, 65 entreprises exportatrices sélectionnées. La conquête du marché américain ne se fera pas d’un coup mais résultera, selon l’Amith, d’un travail de longue haleine.

Le stand d’Eurofactory Morocco au Magic Show de Las Vegas. Le patron de l’entreprise a même décidé d’ouvrir un bureau aux USA.