Les sites web non adaptés au nouvel algorithme de Google perdront en visibilité

A partir du 21 avril, le premier moteur de recherche au monde privilégiera les sites optimisés pour mobiles dans son référencement. Beaucoup de sites web marocains ne sont pas encore adaptés.

Comme toujours, la technologie va très vite et pousse tout un chacun à s’adapter. En novembre 2014, le géant américain Google, dont le moteur de recherche est le plus utilisé sur la Toile avec plus de 75% de parts du marché mondial et plus de 250 millions de recherches par jour, annonçait un énième changement de son algorithme pour le 21 avril 2015, la société ayant procédé à de nombreuses corrections et améliorations de son système de référencement depuis sa création en 1998. Concrètement, à partir de cette date, Google prendra en compte la compatibilité mobile dans ses résultats : tous les sites web bénéficiant du label «mobile friendly», donc conçus selon la technologie «responsive», seront, de facto, mieux référencés sur le moteur de recherche.

«Le ‘‘responsive web design’’ consiste à adopter une interface de site web adaptable à la résolution de l’écran sur lequel il est consulté. Le site n’a pas besoin d’être développé dans plusieurs versions. Une seule version du site est nécessaire, visible sur tous les terminaux (ordinateur, Smarphones et tablettes)», explique Fathallah Benkaddour, directeur artistique senior et UX designer. «Cette mise à jour sera opérationnelle dès le 21 avril 2015 au niveau international, et donc au Maroc, et elle aura un impact significatif dans les pages de résultats de recherche en accordant plus de visibilité aux sites proposant des versions adaptées aux appareils mobiles, surtout quand la recherche est lancée depuis un dispositif mobile», confie Youssef Hichour, DG de l’agence de communication digitale SG2i.

L’adaptation au mobile est devenue une nécessité

Ce n’est bien sûr pas un hasard –ni un caprice de star– si Google procède ainsi: avec la croissance extraordinaire que connaissent les ventes de Smartphones dans le monde, les consultations Internet se font de plus en plus via le mobile. «40% de nos clients consultent désormais Hmizate sur leur mobile. Il y a trois ans, ils étaient moins de 5% à le faire», témoigne Kamal Reggad, DG de Hmizate.ma, dont le site est depuis plusieurs mois adapté au mobile, et ce, même si le taux de conversion reste faible, les achats étant principalement concrétisés sur ordinateur. Pour autant, les professionnels du digital au Maroc s’accordent à dire que de nombreux sites web marocains doivent encore être adaptés. «Une grande partie des sites web marocains n’a pas adopté le ‘‘responsive design’’ qui n’est plus une simple tendance, mais une nécessité vu que la majorité des internautes visite la toile en utilisant des terminaux mobiles, qu’il s’agisse de Smartphones ou de tablettes», remarque M. Benkaddour.

«La majorité des sites Internet marocains n’est pas prête à la technologie responsive mais le passage vers cette nouvelle tendance est simple et le coût d’acquisition est relativement faible car cela implique juste la refonte de la couche présentation Front-End des sites», confirme M. Hichour. «Quasiment l’ensemble de nos clients sont en responsive. Seuls nos clients dont les sites Internet sont plus anciens doivent s’adapter. Nous les avons déjà contactés un par un afin de les sensibiliser. Les plus structurés, notamment ceux dont les équipes sont sensibles à ces questions, le sont déjà. Pour les entreprises plutôt familiales, c’est plus difficile», affirme pour sa part Patrick Raynaud, DG et fondateur de l’agence digitale Pyxicom.

L’optimisation des sites est simple à réaliser

Pour les entreprises dont le site web n’est pas encore adapté au mobile, les conséquences en matière de visibilité peuvent être importantes. «Les gros sites ou portails seront peu impactés. Par contre, pour une petite société indépendante, comme la location de voitures par exemple, l’impact sera plus important», explique Elvis Xavier, directeur technique chez Futur Digital. «Une entreprise qui se retrouverait à la page 3 voire 2 des recherches sur Google ne récupérera que des miettes», met en garde M. Raynaud. Or, l’adaptation au mobile est relativement simple à réaliser. «Techniquement, il faut refaire la couche présentation des sites, un travail relativement simple, en adoptant les dernières technologies telles que HTML5 et CSS3 et cela en utilisant par exemple les framework Bootstrap de Twitter ou Zurb Foundation», précise M. Hichour.
Bien que difficile à estimer, chaque site Internet étant différent, le surcoût engendré par la conception «responsive» d’un site serait de 20 à 50% par rapport au site initial.