Les retards de paiement atteignent les délais de paiement contractuels en 2019 !

En 2019, les délais contractuels sont de 93 jours contre 91 jours pour les retards de paiement, selon Coface.

Le Maroc figure dans le Top 5 mondial des pays avec des délais de paiement les plus longs. C’est du moins ce qu’affirme l’assureur-crédit Coface dans une enquête très récente menée sur l’année 2019. Pour Mehdi Arifi, directeur général Maghreb de la compagnie, cela représente un grand enjeu d’image pour le pays qui peut être mal perçu dans ses relations avec des partenaires étrangers. «Pour l’Espagne, au même titre que la France ou l’Allemagne, les délais sont largement plus courts et maîtrisés avec des durées ne dépassant pas 47 jours» informe-t-il. Au Maroc, les délais contractuels (sur lesquels s’engagent le client et son fournisseur avant la livraison ou la réalisation de la prestation de service) ont subi une grande dégradation entre 2015 et 2017 pour culminer à 110 jours. En 2019, ils sont revenus à 93 jours. Mais là où le bât blesse, c’est que l’allongement de ces délais de paiement dépasse les durées contractuelles de paiement. Autrement, le fournisseur se met d’accord avec le client sur un délai et se trouve payé au bout de deux fois la durée contractuelle. Pour les transactions de cette année, il a fallu compter environ 185 jours pour se faire payer. Selon la même enquête de Coface pour l’année 2019, les secteurs ne sont pas tous logés à la même enseigne.

Le BTP et les Technologies de l’information et de la communication (TIC) tirent la moyenne de règlement vers le bas tandis que l’industrie automobile et le pharmaceutique sont les bons élèves en matière de comportement de paiement.