Les réseaux électriques intelligents pour réussir la transition énergétique au Maroc

Les «Smart grid» permettent d’optimiser la production, le stockage, la distribution et la consommation de l’énergie. Les experts recommandent d’accélérer les études en cours et de combler les vides juridiques pour implémenter au plus vite ces technologies au Maroc.

Utiliser les nouvelles technologies pour optimiser la production, le stockage, la distribution et la consommation de l’énergie. Tel est le principe des «Smart grid» ou les réseaux de distribution d’électricité dits intelligents qui étaient au cœur d’un atelier organisé conjointement par la Fédération de l’énergie (CGEM) et l’Institut de recherche en énergie solaire et en énergies renouvelables (IRESEN) au Green Energy Park de Benguérir, jeudi 13 avril. Une brochette d’experts, de chercheurs et de représentants d’entités publiques et privées ont animé deux panels dans l’objectif d’ébaucher les différentes pistes pour l’implémentation des Smart grid au Maroc et communiquer sur leurs avancées technologiques.

Pour Rachid Idrissi Kaitouni, président de la Fédération de l’énergie, «les Smart grid constituent un maillon essentiel dans la mise en place de la transition énergétique nationale et est une réponse intelligente aux intermittences induites sur la production électrique». «L’exemple le plus simple qui un des piliers des Smarg grid est celui des compteurs intelligents», a fait savoir Abdelkader Outzourhite, professeur universitaire à la Faculté des sciences de Marrakech. «A la différence des compteurs classiques qui sont installés pour mesurer la consommation et qui nécessitent une relève manuelle par un agent du distributeur, les compteurs intelligents sont communicants, mesurent en temps réel et sont équipés de dispositifs de coupure à distance», a-t-il poursuivi.

Dans la même veine, Antoine Trobois, cadre chez Enedis EDF, a présenté le projet «Linky», l’expérience française de l’installation des compteurs intelligents. Premier enseignement, la concrétisation d’un tel projet nécessite plus d’une décennie.

Répondre à la fois aux défis du numérique et de la transition énergétique

En diminuant les coûts de gestion, en rationalisant ou en facilitant l’intégration de l’électricité produite à partir d’énergies propres, les compteurs intelligents répondent à la fois aux défis du numérique et de la transition énergétique.

Parmi les autres outils utilisant la technologie Smart grid, les intervenants ont cité les différentes infrastructures de recharge des véhicules électriques ou les outils de monitoring dans l’industrie intelligente. «Une société finlandaise a réalisé en octobre 2016 la première transmission de données à travers le réseau électrique. Cette technologie est capable d’envoyer des messages via des câbles électriques aux appareils tels que les chauffages ou les réfrigérateurs utilisant des prises intelligentes afin d’exécuter des petites variations dans leur consommation», a surenchéri Salama Jaouhari.

«Le Maroc a tout à gagner en accélérant l’implémentation des Smart grid», ont répété à l’unisson tous les intervenants nationaux et étrangers en recommandant l’accélération des études en cours et en comblant le vide juridique existant.