Les prix mondiaux des produits alimentaires baissent en août

Les prix du maïs et du blé font baisser l’Indice FAO des prix des produits alimentaires. Les prévisions de production mondiale de céréales revues à la hausse. Les stocks mondiaux pourraient atteindre 847 millions de tonnes d’ici la fin de la saison, mais sont en léger recul par rapport à leurs niveaux d’ouverture.

Selon un rapport publié, jeudi 5 septembre, par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les prix mondiaux des produits alimentaires ont baissé en août suite à la forte chute des prix des céréales de base et du sucre. L’Indice FAO des prix des produits alimentaires, un indice pondéré par les échanges commerciaux permettant de suivre l’évolution mensuelle des principaux groupes de produits alimentaires, affichait une moyenne de 169,8 points en août 2019, soit en baisse de 1,1 % par rapport à juillet mais toujours en hausse de 1,1 % par rapport à août 2018.

Celui du prix des céréales a reculé de 6,4% depuis le mois dernier. La valeur du maïs a brusquement diminué en raison de prévisions faisant état d’une récolte plus importante que prévue aux Etats-Unis, plus grand producteur et exportateur de maïs. Les prix du blé ont également diminué, reflétant de larges quantités disponibles à l’exportation, tandis que les prix du riz ont légèrement augmenté en raison des effets saisonniers et des inquiétudes portant sur l’impact des conditions climatiques sur les cultures en Thaïlande. Les cours du sucre ont cédé 4% en juillet en raison de l’affaiblissement de la monnaie brésilienne, le real, et de projections faisant état de cargaisons importantes en Inde et au Mexique. Quant à l’huile végétale, elle est en hausse de 5,9% en août, atteignant ainsi son niveau le plus élevé en l’espace de 11 mois, en raison d’une augmentation de la demande mondiale d’importations pour l’huile de palme et de conditions climatiques défavorables dans les principales régions productrices en Indonésie. Les prix de l’huile de soja ont également augmenté en raison de quantités plus faibles que prévues en Amérique du Nord.

Toujours selon le rapport, les prix de la viande ont augmenté de 0,5%, soit une hausse de 12,3% par rapport à son niveau enregistré en début d’année. Cette augmentation s’explique par la hausse des cotations internationales pour la viande porcine et par une forte demande en importations en provenance de Chine où la peste porcine africaine a restreint la production domestique. Les prix des produits laitiers sont dans la même trajectoire. Depuis juillet, ils se sont appréciés de 0,5%. Le fromage, le lait écrémé en poudre et le lait entier en poudre se sont renchéris.

Forte hausse de la production et de la consommation de riz

La FAO a également publié le Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, revoyant à la hausse ses prévisions du mois de juillet pour la production mondiale de céréales, la faisant passer de 22 millions de tonnes à 2,7 milliards de tonnes, soit 2,1% au-dessus de la production de 2018. Ces révisions reflètent principalement de meilleures prévisions quant à la production de maïs aux Etats-Unis. Dans le même temps, l’organisation onusienne a revu à la baisse son estimation pour la production mondiale de blé en 2019 en raison de la baisse de la productivité agricole dans l’Union européenne et en Russie, mais cette production devrait toujours être 5% plus élevée qu’en 2018. Les prévisions pour la production mondiale de riz ont été revues à la hausse depuis juillet pour lui faire atteindre 517 millions de tonnes en raison des hausses enregistrées en Chine et aux Etats-Unis.

L’utilisation mondiale de céréales pour l’année à venir devrait atteindre un niveau record de 2,715 milliards de tonnes, suite à une hausse de la consommation de riz, qui atteindra elle aussi un niveau record de 519 millions de tonnes, soit une augmentation de 0,5 kilogramme par personnes par rapport à l’année précédente. Les prévisions portant sur l’utilisation de blé, de maïs et d’orge ont également été revues à la hausse.

De bonnes perspectives de récoltes laissent penser que les stocks mondiaux de céréales pourraient atteindre 847 millions de tonnes d’ici la fin de la saison, ce qui cependant les placeraient en dessous de leurs niveaux d’ouverture avec 16 millions de tonnes en moins. Les stocks de maïs devraient s’accumuler aux Etats-Unis, tandis que les stocks de blé chinois sont appelés à se développer (en hausse de 7,9 pour cent) pour atteindre un niveau record.

La FAO n’a pas modifié ses prévisions portant sur le commerce mondial de céréales qui devrait atteindre 415 millions de tonnes, tandis que des hausses prévues pour le commerce de blé et de riz devraient pouvoir compenser la baisse attendue des échanges commerciaux autour du maïs et du sorgho.