Les prix du poisson baissent sur fond de contraction de la demande et d’une offre abondante

Dans les marchés de gros comme chez les poissonniers, les prix ont baissé : 13 DH le kilo pour la sardine, 50 DH pour la sole, 80 DH pour la crevette… La demande a baissé après Ramadan.

Les prix du poisson viennent de connaître une baisse assez conséquente par rapport au mois d’août. Cela concerne pratiquement toutes les espèces et surtout celles qui sont les plus consommées, et ce, indépendamment des villes ou des quartiers. A Casablanca, par exemple, que ce soit à Marjane, chez les poissonniers du quartier Nassim à Sidi Maârouf ou en centre-ville, le recul des prix est patent.

A Marjane, les liquidations de sardines sont passées de 15 DH à 7 DH le kilo et même à 4 DH lors d’une promotion durant le week-end du 22 septembre. Le merlu, lui, toujours dans la grande surface, était autour de 73 à 79 DH en août avant de descendre à moins de 50 DH le kilo actuellement. La crevette rose était vendue entre 70 et 73 DH même si la qualité supérieure affichait toujours 103 DH. Même des espèces plutôt demandées comme le thon ou le requin étaient touchées par la baisse puisqu’elles ont été écoulées respectivement à 49 DH et 47 DH.

Les captures en hausse de 43% à fin juillet

Dans les quartiers populaires, la sardine était, pour la bonne qualité, autour de 13 DH (contre 15 à 20 DH il y a un mois), la sole était vendue à 50 DH, le merlu à 60 DH et la crevette rose était à 80 DH contre des valeurs qui pouvaient atteindre 100 DH.

Au marché de gros de Casablanca, la tendance se confirme largement. En effet, les statistiques du prix moyen de gros montrent un net recul entre le mois de juin et septembre, qu’il s’agisse du chinchard (-19%), de la crevette rose (-38 %), du merlu (-23%), de l’ombrine (-19%), de la sardine (-40%) ou encore de la sole (-32%).

Comment justifier cette baisse subite des prix pour les espèces les plus répandues ? D’abord par une offre plus abondante. En effet, les captures de poisson sont en forte hausse, comme le montrent les statistiques de fin juillet de l’Office national des pêches : +43%, à 491 554 tonnes. Des espèces comme la sardine affichent une hausse de 88% des volumes pêchés quand ça ne dépasse pas les 100% de progression, comme c’est le cas pour le thon.

Mais il n’y a pas que l’offre. Mohamed El Idrissi, directeur du marché de gros de Casablanca, explique que l’actuelle baisse des prix est un phénomène cyclique observé chaque année. Après Ramadan, la demande sur le poisson baisse, surtout ces dernières années où le mois sacré coïncide avec la rentrée scolaire, période de grosses dépenses pour les familles. Les prix devraient toutefois repartir à la hausse selon les professionnels, dans la mesure où la demande retrouverait son niveau habituel… mais pas pour longtemps. La consommation du poisson recule aussi durant la période de Aïd Al Adha, c’est-à-dire dans un peu moins d’un mois.