Les perspectives d’un Bac pro

Une première promotion de 3 000 élèves en Bac pro en vue d’atteindre 145 000 en 2020. La mise en place du Bac pro à l’OFPPT permettra de diversifier les opportunités de formation pour les jeunes.

L’année 2015-2016 est marquée par une autre nouveauté. Comme promis lors de la saison dernière, l’OFPPT accueille la première promotion de 3 000 élèves en Bac pro. Ils seront formés dans dix sept filières identifiées en concertation avec les professionnels des différents secteurs porteurs (une dizaine à peu près) sachant que des conventions de mise en œuvre ont été signées avec les fédérations et associations professionnelles telles que l’APEBI, la FENELEC, l’AMITH, la FIMME, la FNBTP, la CNT, l’AMICA, et l’AMPF, pour institutionnaliser l’implication des professionnels de chaque secteur. Cette implication est d’autant plus importante qu’elle porte sur la définition des besoins en qualification, la validation des programmes, l’accueil des jeunes en stages en entreprise et leur insertion professionnelle après l’obtention du baccalauréat. Par ailleurs, le nombre d’élèves du Bac pro croîtra d’année en année. De 3 000 en cette rentrée, ils seront 145 000 en 2020, selon la planification suivante: En 2016-2017: 21400 stagiaires ; en 2017-2018: 46000 stagiaires ; en 2018-2019 : 73500 stagiaires ; en 2019-2020 : 105000 stagiaires. Et 145 000 stagiaires en 2020. Sur le plan synergie entre les intervenants du système éducatif, il s’agit effectivement d’une avancée majeure.

En instaurant un système de passerelles entre le système de l’éducation nationale et celui de la formation professionnelle, la mise en place du Bac pro à l’OFPPT permettra de diversifier les opportunités de formation pour nos jeunes, de manière à renforcer la place de la formation professionnelle en tant que choix d’avenir.

Par ailleurs, le Bac pro donnera également aux bacheliers pro la possibilité de poursuivre des études supérieures (Licence professionnelle, Ecole d’ingénieurs, Ecole de commerce…) et de renforcer ainsi l’insertion professionnelle.

L’option des études supérieures longues

La question qui se pose alors : Que  peut faire un titulaire de Bac pro ? Car c’est légitime qu’il cherche à évoluer, qu’il aspire à un complément de formation vers des perspectives de carrière plus prometteuses. Alors il peut briguer une licence professionnelle qui est considérée comme une formation sur mesure d’un Bac+2 professionnel et vise la préparation de cadres moyens capables d’assurer des responsabilités intermédiaires en entreprise. D’ailleurs, elle connaît un certain engouement car cette licence est dispensée dans plusieurs filières. On peut la préparer en une seule année, que ce soit à temps partiel ou plein. Ainsi, les perspectives d’emploi deviennent plus intéressantes. Mais plus encore, cette licence offre la possibilité de poursuivre des études en cycle de Master. Le candidat peut accéder aux études supérieures longues. Les universités et écoles supérieures privées peuvent accueillir les lauréats de la formation professionnelle grâce au système des admissions parallèles. Ainsi, il existe un diplôme intermédiaire de niveau Bac+3 qui peut être délivré, selon les établissements. Si le candidat satisfait les prérequis propres à chaque filière, s’il réussit les tests écrits et oraux, il peut accéder à une troisième année intégrée dans un cursus de cinq ans menant au diplôme de Master. En fin, il y a le cycle des ingénieurs. Mais d’abord il faut signaler que les écoles d’ingénieurs sont très sélectives. Il faut, en plus des bons relevés de notes bien sûr, avoir des qualités personnelles exemplaires pour pouvoir y accéder. Les cycles d’ingénieurs des établissements publics et privés permettent la préparation d’un diplôme d’ingénieur en trois années d’études.