Les marques françaises peinent à  refaire surface

En janvier, Peugeot, Renault et Citroën ont enregistré une nouvelle baisse de leurs ventes.

Afin janvier, les ventes de véhicules de tourisme importés montés ont progressé de près de 16% par rapport à la même période de l’année précédente, soit 2 810 voitures écoulées.
Mais le fait le plus marquant est sans doute la mauvaise tenue des marques françaises qui avaient déjà terminé l’année sur une baisse significative. Pour le premier mois de 2005, Citroën chute de 30,81%, à 128 unités ; Renault de 27,72 %, à 339 unités ; et Peugeot, elle, limite les dégâts avec 391 véhicules vendus, soit une baisse de 2,74 %, sans doute due à l’arrivée de la 407 sur le marché. La déprime touche toutefois Honda, une des marques asiatiques phare, qui n’a vendu que 120 voitures au lieu de 167 en janvier 2004.

Toyota et Volkswagen maintiennent la cadence
Quant à Toyota et Wolkswagen, elles maintiennent le cap avec des progressions respectives de plus de 37 % et 51,5%. Enfin, il convient de relever qu’avec ses Palio et Siena importées, Fiat, qui avait terminé l’année 2004 en beauté, après un très timide démarrage, prouve qu’il faudra continuer à compter avec elle. En un mois, elle a écoulé 113 voitures.
Globalement, la tendance observée en fin d’année est maintenue. Toutefois, explique-t-on dans le secteur, il est trop tôt pour tirer des conclusions car beaucoup de marques attendent de dévoiler de nouveaux modèles. De plus, outre la fin de l’année, les achats restent concentrés sur la période estivale, en dehors des périodes où les concessionnaires font preuve d’agressivité commerciale en montant des opérations promotionnelles. Toujours est-il que beaucoup de professionnels estiment que les marques qui tirent leur épingle du jeu sont celles qui proposent des produits dont le rapport qualité-prix est acceptable, en plus d’une qualité de service satisfaisante.
Un autre phénomène s’est fait jour au niveau des utilitaires du montage local, en baisse de 77,57 %. Cette évolution est imputée à la décision administrative qui a fait basculer les Partner, Berlingo et autre Kangoo dans le CKD «tourisme». D’ailleurs, sur le montage local, on voit que la variation respecte la logique des vases communicants. Les ventes «tourisme» ont grimpé de près de 71%, et contrebalancent en partie la baisse subie sur l’utilitaire. A l’évidence, le montage local ne se remet pas encore du départ de Fiat.
Pour le reste, les chiffres globaux, tous véhicules confondus, montrent que les ventes dans la catégorie «tourisme» connaissent un accroissement de 29,57 %, avec un peu moins d’un millier de voitures de plus vendus en ce début 2005.