Les investisseurs étrangers trouvent l’environnement des affaires plus accommodant

Pour l’Exécutif, le Maroc s’est imposé en tant que 2e destination des IDE en Afrique grà¢ce aux différents plans sectoriels et aux mesures horizontales du climat des affaires.

Opération séduction réussie pour le Maroc lors de la Conférence internationale sur l’investissement à Skhirate. Selon plusieurs participants venus de plus de 30 pays pour prospecter les opportunités offertes, le pays soigne de plus en plus son environnement des affaires et, par conséquent, son attractivité aux opérateurs internationaux s’en trouve largement améliorée.
«Nous avons pu nous imposer en tant que destination privilégiée des investissements au niveau de la région grâce aux différents plans sectoriels et aux mesures horizontales touchant le climat des affaires. En 2013, les IDE se sont inscrits en hausse de 25%, à 40 milliards de DH, soit le 2e volume au niveau du continent», a affirmé Driss Azami, ministre délégué au budget, lors de l’allocution inaugurale de la conférence organisée par la Banque islamique de développement (BID), en collaboration avec Le partenariat de Deauville du G8, mercredi 5 mars.

Plus de 40 opportunités d’investissement présentées

Selon le management de la BID, l’évènement se veut un espace de prospection et de partage d’expériences offrant un cadre propice aux hommes d’affaires, locaux et internationaux, pour échanger sur leurs expériences via des rencontres susceptibles de déboucher sur des partenariats fructueux.
D’autre part, les investisseurs ont pu passer en revue l’environnement de l’investissement au Maroc en faisant le point sur le cadre législatif, réglementaire et opérationnel mis en place par le Maroc en la matière et en s’informant sur les nouveaux programmes d’appui et d’encouragement offerts aux investisseurs potentiels. Dans le même esprit, l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) a animé un focus forum au cours duquel ont été présentées plus de 40 opportunités d’investissement prometteuses dans divers secteurs d’activité  pour encourager les investisseurs indécis.
Cela dit, pour le groupe de la BID, le choix du Maroc s’appuie sur la volonté de la banque de valoriser l’attractivité du Royaume grâce à des programmes structurels qui offrent un cadre stable et harmonieux, servi par une politique économique nationale ouverte sur l’environnement à la fois arabe et international et résolument tournée vers l’avenir.
Toutefois, les participants n’ont pas manqué de rappeler que des efforts devront encore être fournis pour améliorer le caractère incitatif de la réglementation dans plusieurs secteurs. Aussi, les différents critères comptant dans le climat des affaires doivent être suivis à l’aide d’indicateurs chiffrés et mis à la disposition des investisseurs voulant s’installer dans le pays.