Les industriels du Nord fermement décidés à  quitter l’Amith à  la rentrée

La réunion tenue le 23 juillet à  Tanger n’a pas permis de dépasser les désaccords.
Le bureau national parle d’agitation préélectorale et l’Amith Nord invoque un manque d’intérêt aux régions.

L bras de fer qui existe entre le bureau national de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith) et son antenne régionale de la zone nord débouchera-t-il sur une scission au sein du secteur ? il semble bien que ce soit le cas. Lors d’une réunion tenue vendredi 23 juillet à Tanger seulement cinq industriels sur les 140 membres de l’Amith étaient présents selon le bureau régional qui avait, rappelons-le, appelé au boycott de la rencontre, comme nous le rapportions dans les colonnes de notre édition du jour même (www.lavieeco.com). De son côté, le bureau national n’a pas jugé utile de mettre à plat, comme prévu au départ, les tensions existantes et s’est contenté d’exposer le programme de l’Amith aux industriels présents. «Nous ne voulons pas de polémique, le but de cette rencontre est d’exposer nos projets aux industriels du Nord», raconte un de ses membres. Pour les industriels du Nord la décision est prise : ils créeront leur propre association. A la rentrée, le bureau régional planchera sur le projet à l’étude actuellement auprès d’une cellule ad hoc créée il y a quelques jours.
Pour le bureau national de l’association des textiliens, la crise actuelle relève d’«une agitation préélectorale». L’actuel président de la zone Nord, Jamel Mazari, ayant assuré deux mandats, ne peut, selon les statuts de l’Amith, rempiler pour un troisième. Ce dernier briguerait le poste de vice-président au sein du siège et essaie de mobiliser les industriels. «Archifaux», réplique M. Mazari qui précise qu’en raison de plusieurs divergences avec le bureau national, les industriels du Nord souhaitent assurer une meilleure défense de leurs intérêts. Le 11 juin 2010, l’Amith Nord exprimait plusieurs revendications auxquelles le siège semble avoir prêté peu d’attention. Ainsi en est-il de la mise en place d’une antenne régionale pour Casablanca, qui serait indépendante du bureau national, afin de ne pas favoriser outre-mesure la capitale économique, la création d’une vice-présidence nationale au niveau de chaque région, une répartition régionale équitable au sein du conseil d’administration et le renforcement des structures permanentes des antennes régionales. Ces revendications ont été soumises à l’Amith dont le président, El Mostafa Sajid, a promis, dans un courrier adressé le 22 juillet à l’antenne régionale, de les étudier.