Les grandes lignes du budget 2017 de la Ville de Casablanca

Le budget sera aligné sur celui de l’exercice en cours, soit 3,57 milliards de DH. Pour optimiser l’utilisation des ressources financières, le bureau exécutif a réduit les charges de fonctionnement, principalement la masse salariale et les remboursements des dettes. Le montant des subventions accordées aux SDL, excepté Casa Patrimoine et Casa Développement, a doublé.

La Commune urbaine de Casablanca adoptera bientôt son budget pour l’année 2017. En effet, le Conseil de la ville tiendra sa 1ère session ordinaire du mois d’octobre vers la fin de la semaine prochaine. Cette réunion qui s’étalera sur deux jours sera principalement consacrée à l’examen et au vote du budget du prochain exercice. Ce dernier sera équivalent à celui de l’exercice précédent. Il porte sur un montant de 3,57 milliards de DH. C’est ce qui ressort à la lecture du document de projet de budget que détient La Vie éco en exclusivité. Il faut dire qu’«après un an de gestion de la métropole, les équipes de Abdelaziz El Omari ont été confrontées à des difficultés qui les ont empêchées de développer les recettes de la ville et d’atteindre les objectifs fixés dans le budget 2016. Pour cela, il a été donc décidé de s’aligner sur le budget de l’exercice précédent», explique un élu. Il faut en effet souligner qu’au 30 septembre 2016, la ville n’a pu recouvrir que 73% des recettes prévisionnelles, soit 2,935 milliards de DH. La raison, la stratégie d’amélioration des ressources financières, notamment les recettes propres, n’a pas donné ses fruits puisque la ville n’agit pas seule sur le dossier du recouvrement et de l’élargissement de l’assiette fiscale. Pour le moment, l’objectif est d’accélérer la mise en place des procédures et conventions afin que la ville puisse recouvrer ses créances. Ce volet concerne principalement le règlement du dossier du patrimoine de la métropole qui, malgré tous les efforts, est toujours bloqué.

La masse salariale continue d’engloutir le tiers du budget de la Ville

Le Conseil de la ville envisage donc clairement de serrer la ceinture afin d’optimiser l’utilisation des recettes durant l’exercice 2017. Dans cet esprit, le bureau exécutif table sur une baisse de 8% des rémunérations et des charges salariales qui devront passer de 1,251 milliard de DH en 2016 à 1,153 milliard en 2017. «Pour atteindre cette objectif, un programme de redéploiement et d’optimisation des ressources humaines sera lancé d’ici la fin d’année», explique notre source. En revanche, malgré tous les efforts consentis dans ce sens, ce poste continuera d’absorber plus du tiers du budget de la ville. Toujours dans le cadre d’optimisation des dépenses, l’enveloppe réservée au remboursement des dettes de la ville sera revue à la baisse. Elle sera de 132 MDH contre 141 millions en 2016. Le conseil a également réduit son budget de fonctionnement, notamment tout ce qui est lié au service d’entretien et produits de consommation courante. En guise d’exemple, le budget réservé aux soins de santé de base et hygiène a été réduit du tiers, passant de plus de 24 MDH en 2016 à 17 millions en 2017. En parallèle, la ville compte poursuivre sa stratégie de développement des services de proximité et des équipements socio-sportifs. Les associations seront impliquées dans cette stratégie grâce à une enveloppe de 27,5 MDH.

240 MDH pour les SDL

En revanche, le montant des subventions accordées aux sociétés de développement local va presque doubler en 2017. Il passera de 129 MDH à 239,5 MDH. Cette enveloppe servira au financement de 13 projets prioritaires. Dans le détail, Casa Aménagement, SDL chargée des projets d’infrastructures et d’équipements à la métropole, recevra 140 MDH. Cette enveloppe servira au financement des travaux d’aménagement du complexe Mohammed V et à la réalisation des travaux de construction de la trémie des boulevards Sidi Mohamed Benabdilah et Almohades, mais aussi au lancement de la deuxième tranche du projet de mise en valeur du littoral de la Région du Grand Casablanca et l’avancement du projet de construction du parking de la place Nevada.

Casa Prestations, SDL chargée entre autres de la gestion et l’exploitation des marchés de gros et des abattoirs de la ville, bénéficiera de 43,5 MDH. Ce montant est affecté au financement de la deuxième partie du projet de mise à niveau du marché de gros de fruits et légumes (30 MDH), mais aussi la réalisation des études visant la modernisation et l’accompagnement des services administratifs dans la ville. Ce chantier vise en effet à améliorer les services aux citoyens et fluidifier les procédures dans toutes les annexes administratives de la métropole.

Casa Transport, société de développement locale chargée de la gestion du transport public en commun dans la ville, recevra quant à elle une enveloppe de 30 MDH pour financer le projet d’actualisation des études sur le plan des déplacements urbains dans la région et la réalisation d’un réseau de caméras de vidéosurveillance et d’un poste central de régulation.

Enfin, Casa Events et Animation aura un budget de 18,5 MDH. Par contre, Casa Patrimoine et Casa Développement ne bénéficieront d’aucune dotation de la part de la ville. «Nous visons à développer les recettes générées par ces deux SDL surtout Casa Patrimoine», explique notre source.

A l’évidence, le projet de budget 2017 est pragmatique en comparaison à celui de l’exercice en cours qui était très ambitieux. «Il prouve que le nouveau bureau exécutif a commencé à maîtriser les rouages de la ville et à identifier les difficultés qui bloquent les procédures de recouvrement des créances», explique un responsable au sein du conseil.