Les fonds hôteliers d’Attijariwafa bank et BMCE démarrent en 2007

Le groupement Attijariwafa bank, BCP et CDG reste discret sur l’identité de ses partenaires étrangers.
La BMCE s’allie avec RésidHotels, leader européen des appart-hôtels.

L’objectif de la Vision 2010 prévoyant la mise sur le marché d’au moins 15 000 lits par an est-il viable ? Deux chiffres pour commencer : 5 500 lits ont été réalisés en 2005. Quant à 2006, ce chiffre sera certainement dépassé mais l’on restera encore en deçà du rythme voulu.

En fait, les projections faites par les spécialistes évaluent les investissements nécessaires pour satisfaire les besoins de la Vision 2010 à plus de 30 milliards de dirhams, répartis entre fonds propres et endettement bancaire. Aussi, beaucoup d’espoirs sont-ils placés dans la création de fonds d’investissements hôteliers, destinés à encourager les privés marocains à investir dans les lits d’hôtels. Ainsi, après l’annonce faite fin mars 2006, par Attijariwafa bank, la Banque Centrale Populaire (BCP) et la CDG, concernant leur décision de lancer ensemble un fonds de 2,5 milliards de dirhams destinés à l’investissement hôtelier, la BMCE avait annoncé elle aussi et presque simultanément la mise sur pied d’un fonds équivalent de 2,5 milliards de dirhams. La création de ces deux fonds a été rendue officielle quelques mois plus tard.

Où en sont ces projets aujourd’hui ? Du côté d’Attijariwafa bank, on se contente d’expliquer que les choses ont bien avancé depuis et que le fonds sera opérationnel dans les délais initialement annoncés, c’est-à-dire au début de l’année 2007. On affirme aussi que les discussions sont bien avancées avec des investisseurs aussi bien internationaux que locaux, tout en rappelant la nécessité d’épouser la tendance internationale qui veut qu’une séparation nette soit établie entre les propriétaires d’établissements hôteliers et leurs gestionnaires. Prudence oblige, les responsables d’Attijariwafa bank n’en diront pas plus, préférant rester discret, quant à la composition du tour de table.

Le fonds BMCE investira dans les «appart-hôtels»
S’agissant du fonds lancé par BMCE Bank, dit «d’investissements immobiliers et touristiques», et pas seulement hôteliers, il sera, quant à lui, opérationnel dès l’été 2007. Cependant, et comme l’explique Kacem El Bouanani, directeur général d’Actif Invest, filiale de la BMCE chargée du pilotage du projet, cela n’empêchera pas que certaines opérations puissent être réalisées bien avant. En effet, la BMCE, qui dispose déjà d’un fonds d’investissement immobilier, mis sur pied il y a deux ans, n’hésitera pas, poursuit M. El Bouanani, à faire des exceptions pour financer des établissements hôteliers. En revanche, le fonds dédié à l’immobilier et au tourisme, qui sera doté aussi au départ d’une enveloppe de 2,5 milliards de dirhams et qui aura une durée de vie de huit ans, n’investira pas seulement dans la construction d’une gamme élargie d’hôtels classiques de trois à cinq étoiles, mais se positionnera également sur d’autres créneaux. C’est le cas des «appart-hôtels», un segment d’hébergement qui fait cruellement défaut aujourd’hui, et qui répondra en priorité à la demande insatisfaite des nationaux. Pour ce faire, la BMCE a préféré aller chercher une expertise internationale dans le domaine. La banque, nous apprend le DG d’Actif Invest, est d’ailleurs en train de finaliser un partenariat avec l’un des plus grands opérateurs européens en la matière, en l’occurrence RésidHotels, qui gère un parc important d’appart-hôtels dans plusieurs pays. Ce gestionnaire sera ainsi associé dès le départ à la conception des projets (financement, normes, etc.) et les gérera par la suite, le fonds restant, bien sûr, propriétaire de ces unités.

En plus des hôtels et des appart-hôtels, le fonds de la BMCE se positionnera aussi sur le créneau des loisirs et des activités commerciales, en s’impliquant dans la construction de centres commerciaux et de loisirs, des composantes souvent nécessaires à la réussite des projets touristiques.
Enfin, conclut M. El Bouanani, le fonds investira aussi dans la rénovation et la mise à niveau d’établissements hôteliers existants qui pourront, entre autres, être acquis en association avec des enseignes internationales de renom. En attendant, les consultations sont au stade final, et le tour de table du fonds devra être connu rapidement, même si l’on sait déjà qu’il comprendra des investisseurs, européens, américains et du Moyen-Orient, en plus de quelques institutionnels marocains.