Les fabricants de sanitaire rattrapés par la crise de l’immobilier

Le moyen et haut de gamme sont les secteurs les plus touchés. Le logement social et l’exportation en Afrique subsaharienne permettent aux professionnels de sortir la tête de l’eau. Près de 5.5 millions de pièces produites par an dont plus de la moitié destinée à  l’export.

Depuis quelques temps, le marché des équipements sanitaires montre des signes d’affaiblissement. Ce repli vient après une période de croissance intéressante. Les professionnels sont d’accord pour parler d’une année 2012 difficile. Fouad Benzakour, président de l’Association professionnelle des industriels de céramique (APIC), est le premier à le déclarer : «A l’instar des autres secteurs de matériaux de construction, le marché du sanitaire a lui aussi été touché par la crise immobilière nationale et internationale». Cette crise s’est traduite sur le plan local par une stagnation du marché de l’immobilier au moment où il y avait des extensions importantes de la capacité de production nationale. Les entreprises se sont donc retrouvées avec une offre supérieure à la demande, ce qui a provoqué une baisse des prix. La situation est aggravée par l’importation de produits chinois de qualité médiocre et qui sont écoulés sur le marché à des prix défiants toute concurrence.

C’est le moyen et haut de gamme qui pâtit le plus de la crise avec des exceptions pour l’axe Casablanca-Rabat qui continue à tirer le secteur vers le haut alors que pour d’autres villes telles que Tanger, Fès ou encore Marrakech, le tableau est moins réjouissant. Seul le segment de l’entrée de gamme a permis aux fabricants de garder la tête hors de l’eau grâce à la signature de conventions portant sur des programmes des logements sociaux entre l’Etat et les grands groupes de la promotion immobilière. «Sur les cinq prochaines années, ces programmes de logements sociaux qui portent sur un million d’unités contribueront au maintien de l’activité. La production locale s’orientera alors principalement vers ce segment, ce qui permettra aux fabricants locaux de sortir de cette impasse», rassure le président de l’APIC. Cependant, sur ce segment, les problèmes de solvabilité découragent plus d’un. «Pour une entreprise qui n’est pas adossée à un groupe international et dont le fonds de roulement n’est pas important, il est difficile de s’aventurer sur le marché des logements sociaux où les délais de paiement peuvent atteindre 10 voire 12 mois», déplore Jaafar Slaoui, DG de SBS Porcher Maroc.

Une partie non négligeable de la consommation locale est importée

Les producteurs n’ont alors d’autres choix que de rééquilibrer leur activité en minimisant les coûts de production pour essayer de s’aligner sur la concurrence ou en développant leur capacité d’export. Toutefois, même à l’international, les fabricants comme Roca, qui font partie de groupes internationaux et qui avaient l’habitude d’écouler la grande partie de leurs productions à l’export, en particulier vers le sud de l’Europe, sont confrontés à la crise immobilière française et espagnole. De ce fait, ces marchés n’ont rien absorbé vu la chute drastique de leur consommation de matériaux de construction. Ce qui les a poussés à réorienter l’excédent de leur production vers le marché africain (Algérie, Tunisie, Libye mais également Sénégal, Angola, Côte-d’Ivoire et Gabon) caractérisé par une demande très importante.

Au Maroc, la branche sanitaire s’est développée depuis une trentaine d’années et regroupe quatre grands fabricants : Jacob Delafon, Roca, Porcher et Orca sanitaire. Une partie non négligeable de la consommation locale est importée. Pour l’année en cours, l’activité du sanitaire pèse près d’un milliard de DH pour une capacité de production annuelle d’environ 5,5 millions de pièces dont plus de la moitié est destinée à l’export, selon les estimations des professionnels. Et malgré le fait que le marché marocain se développe essentiellement sur le créneau des produits économiques (le prix étant le principal critère de choix), cela n’empêche pas l’importation de produits haut de gamme destinés en particulier aux logements de haut standing et aux établissements hôteliers de luxe.