Les exportations toujours en baisse à  fin avril : -30% pour les marchandises et -12% pour les services

Le taux de couverture à  fin avril est de 67,3% contre 74% à  la même période de l’année dernière.
Les avoirs extérieurs reculent de -1,8%, perdant 3,6 milliards DH par rapport à  avril 2008.

En attendant la mise en œuvre de la nouvelle stratégie pour l’export, les échanges extérieurs continuent de se détériorer et les dernières données, celles du mois d’avril, publiées récemment par l’Office des changes, en donnent la pleine mesure. Qu’il s’agisse des marchandises ou des services, des transferts des Marocains résidents à l’étranger (MRE) ou des investissements et prêts privés étrangers, tous les chiffres sont en baisse.
La chute des exportations de marchandises de 30,7%  (- 16 milliards DH), par rapport à fin avril 2008, semble confirmer les difficultés que vit le secteur manufacturier (voir encadré). Certes, c’est la contre-performance des exportations de phosphates et dérivés (- 61,6% ou – 8,4 milliards DH) qui a contribué le plus à la dégringolade des exportations de marchandises. Cependant, même les activités hors phosphates n’ont pas été épargnées par les effets de la récession des pays développés. Ainsi, les exportations de composants électroniques, par exemple, ont baissé de 40,1%. Les produits alimentaires, eux, ont chuté de 31,3% (-3,5 milliards DH) et la chute a concerné tous les produits : crustacés, mollusques et coquillages (- 43,5%), fruits frais (-81,4%), légumes frais (- 63,5%), agrumes (- 28,7%), tomates fraîches (- 23,1%). Enfin, les produits d’équipement ont connu un reflux de 14,1%, essentiellement en raison de la baisse des exportations de câbles et fils pour l’électricité. Seuls les produits énergétiques ont enregistré une hausse (+19,5 ou +168,5 MDH), les exportations de produits finis de consommation ayant marqué une stagnation (+11,8 milliards DH, soit le même niveau un an auparavant), en raison principalement de l’amélioration de la vente des vêtements confectionnés, d’un côté, qui a compensé la baisse des exportations de voitures de tourisme, de l’autre. Heureusement que les importations de biens, elles aussi, ont évolué à la baisse(- 18,8% ou – 19,3 milliards DH) ; sinon la chute du taux de couverture de la balance des biens (qui passe de 51,2 % à 43,7 %) aurait été beaucoup plus accentuée. Et ce qui attire le plus l’attention, c’est que cette baisse ne concerne pas que les produits énergétiques (eu égard à la baisse de plus de 50 % du prix du pétrole), ou encore les produits alimentaires (en raison de la baisse du prix du blé), mais aussi les demi-produits. Il en est ainsi des produits chimiques (- 26,3 %), des composants électroniques (- 71,5%), du fer et de l’acier (- 28,2 %) et des matières plastiques artificielles (- 20,2%). Les produits bruts (soufre brut, bois brut, etc.) sont également en chute (- 42,5%). Comme pour la baisse des exportations de marchandises, en particulier de produits manufacturiers, la chute des importations de demi-produits et de produits bruts renseigne assez sur le marasme de l’activité économique, comme l’a bien montré l’évolution de la croissance hors agriculture qui a enregistré le plus faible niveau depuis 2002 (voir La Vie éco du 15 mai 2009). On notera, enfin, que les importations de produits finis d’équipement ont stagné à 22,6 milliards DH contre 22,7 milliards DH un an auparavant.

Stagnation  des importations de produits finis d’équipement
Les services ne se sont guère mieux portés. Certes, la balance des services demeure positive, mais ceci s’explique non pas par la progression des recettes, mais plutôt par la faiblesse des dépenses. Ainsi, à fin avril, les recettes se sont chiffrées à 27,1 milliards DH, contre 30,8 milliards à la même période de 2008, soit une baisse de 12%. Dans le même temps, les dépenses se sont quasiment stabilisées (16 milliards à fin avril 2009 contre 15,9 milliards un an auparavant). Dans la rubrique voyage, les recettes ont chuté de 18,7% à 13,2 milliards, alors que les dépenses ont stagné à 2,4 milliards DH. Pour le transport, les recettes comme les dépenses ont reculé respectivement de 7,1% et 5,8%, tandis que les services de communication et les centres d’appels ont enregistré de légères progressions dans les recettes (respectivement +1,9% et +3,8%) mais de fortes baisses dans les dépenses (59,6% et – 52,3%).
Pour autant, la balance des biens et services reste globalement déficitaire (- 30,8 milliards DH), ramenant ainsi le taux de couverture globale de 74,1% en avril 2008 à 67,3% un an plus tard.
Avec la baisse des recettes des MRE à 14,6 milliards DH (-14 %) et des investissements et prêts privés étrangers à 10,3 milliards DH (-28,3%), les avoirs extérieurs nets de Bank Al Maghrib et des banques de dépôts ne pouvaient que reculer, même légèrement (-1,8% ou -3,6 milliards DH). Comme l’explique l’Office des changes, ce recul est imputable exclusivement à la baisse des avoirs extérieurs des banques de dépôts.